Couverture La Servante écarlate

Critiques de La Servante écarlate

Livre de (1985)

Les calices maudits

Defred n'est pas un prénom. Defred est un possessif, un objet, une appartenance à un homme, Fred. Il s'agit cependant d'un être humain, plus précisément d'une femme, avec tous ses attributs. Defred est la caractéristique de la marque du propriétaire, invisible à l'oeil nue, mais connue de tous : si La Servante Ecarlate est immatriculée Defred, c'est qu'elle est sous la coupe du... Lire la critique de La Servante écarlate

41
Avatar -Ether-
10
-Ether- ·

Une dystopie "maturisante" et nécessaire !

Ce livre n'a pas pris une ride : le monde démocratique révolu que décrit Defred est incontestablement le nôtre aujourd'hui. Quant au régime totalitaire qui s'impose pour elle au présent, il pourrait bien être celui que nous, lecteurs, connaîtrons dans les mois ou les années à venir : ce roman, lorsqu'il raconte – même brièvement – l'avènement de cette tyrannie, est effrayant de réalisme et de... Lire l'avis à propos de La Servante écarlate

17 2
Avatar Reka
9
Reka ·

Ne laissez pas les salauds vous tyranniser.

Je résume vite fait bien fait : Un monde futuriste réduit à un quartier, un district. Une société qui fonctionne en caste. La natalité est au plus bas (catastrophe nucléaire entr'autres, qui a provoqué l'infertilité ou des bébés malformés, voir mourant quelques jours après l'accouchement). Les castes : Les Tantes qui élèvent les Servantes Ecarlates. Vêtues de marron. Les Servantes Ecarlates qui... Lire la critique de La Servante écarlate

11 3
Avatar Queenie
10
Queenie ·

Critique de La Servante écarlate par Bestiol

Argument du livre : réflexions d’une femme évoluant dans une société dystopique, fasciste qui, devant la chute dramatique de la fécondité, a réorganisé les rapports autour de la copulation. Les femmes en pâtissent largement. Ainsi la narratrice a été conditionnée pour servir, comme d’autres, d’utérus au profit d’un couple qui ne peut plus avoir d’enfants. Les autres fonctions de la société (se... Lire l'avis à propos de La Servante écarlate

5 3
Avatar Bestiol
5
Bestiol ·

Nolite te salopardes exterminorum...

L'Histoire n'est qu'un éternel recommencement. L'humanité n'apprend pas de ses erreurs. Elle les réitère par périodes en y ajoutant un voile de pudeur, une cruauté celée, un masque de civilisation. Modernité oblige. La servante écarlate propose un avenir tout à fait crédible. Il pourrait se dérouler dans quasiment toutes les sociétés sur la planète. Il suffit... Lire l'avis à propos de La Servante écarlate

3
Avatar Apostille
8
Apostille ·

Le scrabble est-il un jeu subversif ?

Un de mes cadeaux de Noel, cette servante écarlate. Un classique, remis au gout du jour par la série éponyme. C'est un bon livre, sans aucun doute, mais j'ai eu un peu de mal à accrocher. Et puis, ce bandeau "Le livre qui fait trembler l'Amérique de Trump" (heureusement absent sur l'édition qui m'a été offerte). Non, mais allo quoi ! Le bouquin, sorti en 1985, est intéressant, sans... Lire l'avis à propos de La Servante écarlate

6 3
Avatar Marcus31
6
Marcus31 ·

Rouge glacial

Je suis souvent attiré par les romans dystopiques car j'aime l'idée d'anticipation d'une société à venir, qui pourrait par bien des traits être celle vers laquelle nous nous dirigeons. Seulement voilà, la dystopie dans sa pure définition décrit un monde utopique sombre et donc d'une grande froideur. C'est le sentiment principal que j'ai eu à la lecture de ce livre, un grand froid, et même si... Lire l'avis à propos de La Servante écarlate

1
Avatar Jay Bee
5
Jay Bee ·

Rouge, l’habit comme le sang.

Vers la fin du vingtième siècle, une très grande partie de la population est devenue stérile, en cause les méfaits du nucléaire. Aux Etats unis d’Amérique (on parle principalement de cette région à la frontière du Canada), un groupe de fanatiques à prit le pouvoir et a instauré un nouvel ordre basé sur un dogme religieux très stricte et ultra répressif : la république de Gilead. Le statut de... Lire la critique de La Servante écarlate

3
Avatar marla29
8
marla29 ·

Lamentations d'une génitrice en rouge

Le titre de cette critique résume parfaitement le livre : 350 pages de lamentations monotones et pseudo-philosophiques qu'Atwood a le mauvais goût de plaquer sur un arrière-plan vaguement SF sans aucune épaisseur ni inventivité. Rien dans ce livre n'est original : le contexte d'ordre nouveau dictatorial et dystopique est siphonné sur 1984 d'Orwell, la profondeur en moins ; le rythme cataleptique... Lire l'avis à propos de La Servante écarlate

13 2
Avatar Samanuel
3
Samanuel ·

Hier, aujourd'hui ou demain ?

La sévérité d'un monde plausible, le notre tel qu'il l'est, par certains côtés, tel qu'il le sera, peut-être. Sa désagréable acuité. Sa brutalité jusque dans la tête. J'ai beaucoup aimé la façon de raconter, les allers-retours entre la situation actuelle de la narratrice, des souvenirs et des réflexions plus globales qui expliquent comment le monde est devenu tel qu'il est. Les... Lire l'avis à propos de La Servante écarlate

2
Avatar JulieToral
8
JulieToral ·