👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Une dystopie "maturisante" et nécessaire !

Ce livre n'a pas pris une ride : le monde démocratique révolu que décrit Defred est incontestablement le nôtre aujourd'hui. Quant au régime totalitaire qui s'impose pour elle au présent, il pourrait bien être celui que nous, lecteurs, connaîtrons dans les mois ou les années à venir : ce roman, lorsqu'il raconte – même brièvement – l'avènement de cette tyrannie, est effrayant de réalisme et de vraisemblance.

J'ai donc suivi Defred tout au long du livre avec beaucoup d'empathie et d'intérêt : j'ai craint à chaque instant les répercussions de ses faux pas, j'ai redouté l'Oeil en chacune de ses fréquentations, j'ai guetté avec anxiété la menace de mort qui courait sur elle et ai rêvé nombre de fois de l'immobiliser au détriment d'une vie qui en mérite le nom pour la préserver du carnage... Bien sûr, j'aurais pu vouloir lui tendre la main pour l'extirper des lignes de sorte à lui éviter de subir son rôle d'actrice une minute de plus mais j'étais déshumanisée et privée de ma liberté avec elle...

J'adore les livres qui communiquent un sentiment d'insécurité ou d'agitation et qui vous poussent à vous impliquer, d'une certaine façon : La servante écarlate est de ceux-là. Dans sa manière d'inviter le lecteur à envisager/réfléchir un monde coercitif, austère et navrant, ce roman m'est apparu comme franchement « maturisant ».

Ce n'est certes pas le premier roman d'anticipation dystopique que la littérature connaît – Huxley, Orwell ou Bradbury, pour ne citer qu'eux, en ont proposé de semblables – mais celui-ci se distingue parce qu'il met une femme au centre de l'intrigue. Margaret Atwood creuse ici la question féministe avec beaucoup de subtilité et de retenue. La description de la situation et des événements, dans la bouche de Defred, reste passablement neutre, laissant au lecteur le loisir de les évaluer par lui-même...

Je n'ai à déplorer – vaguement – que deux petites choses : l'absence d'une note de bas de page en particulier qui se serait avérée indispensable, ainsi que la couverture du livre, franchement dissuasive à mon sens (il en va là d'un commentaire frivole, j'en conviens)...

Quoi qu'il en soit, La servante écarlate est d'après moi une œuvre à la fois captivante et intelligente,
une œuvre qui pose constamment en filigrane la question de savoir ce que nous ferions à sa place... Rien de plus ni moins, je pense, et c'est bien pour cela que ce roman est si interpellant !

Lisez ce livre, il est nécessaire !

« J'essaie de ne pas trop penser. Comme d'autres choses maintenant, la pensée doit être rationnée. Il y a beaucoup de choses auxquelles il n'est pas supportable de penser. Penser peut nuire à nos chances, et j'ai l'intention de durer. » (p. 10)
Reka
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Top 10 Livres

il y a 10 ans

17 j'aime

2 commentaires

La Servante écarlate
Reka
9

Une dystopie "maturisante" et nécessaire !

Ce livre n'a pas pris une ride : le monde démocratique révolu que décrit Defred est incontestablement le nôtre aujourd'hui. Quant au régime totalitaire qui s'impose pour elle au présent, il pourrait...

Lire la critique

il y a 10 ans

17 j'aime

2

La Servante écarlate
Samanuel
3

Lamentations d'une génitrice en rouge

Le titre de cette critique résume parfaitement le livre : 350 pages de lamentations monotones et pseudo-philosophiques qu'Atwood a le mauvais goût de plaquer sur un arrière-plan vaguement SF sans...

Lire la critique

il y a 11 ans

16 j'aime

3

La Servante écarlate
SengSeng
3

Red is dead

Voilà un livre qui était entouré de très attrayantes et intéressantes critiques. Adapté en série, pour laquelle les critiques sont elles aussi élogieuses. Donc, emprunté à la bibli avec une grande...

Lire la critique

il y a 3 ans

15 j'aime

1

La Délicatesse
Reka
2

Critique de La Délicatesse par Reka

Précepte premier : ne pas lire la quatrième de couverture(*) de ce fichu bouquin. (*) « François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m'en vais. C'est la boisson la moins...

Lire la critique

il y a 11 ans

25 j'aime

3

Il faut qu'on parle de Kévin
Reka
9

Critique de Il faut qu'on parle de Kévin par Reka

Eva Khatchadourian entreprend d'écrire à son ex-mari, Franklin, pour réévoquer le cas de leur fils, Kevin. A seize ans, celui-ci a écopé de sept années de prison ferme en assassinant et blessant...

Lire la critique

il y a 11 ans

22 j'aime

2

Le Loup des steppes
Reka
4

Critique de Le Loup des steppes par Reka

J'ai voulu aimer un livre. Comme certains prétendent que les classiques déçoivent rarement, j'ai pensé en lire un mais, de préférence, pas trop vieilli. Le loup des steppes, paru en 1927 et interdit...

Lire la critique

il y a 10 ans

18 j'aime

7