Le mariage, quel enjeu !

Avis sur La Sonate à Kreutzer • Le Bonheur conjugal • Le...

Avatar Blanchefleur321
Critique publiée par le

J'ai lu ces nouvelles Tolstoi, relativement courtes mais denses il y a bien quelques annees et j'ai ete pour du moins un peu deroutee ayant lu comme la plupart des litteraires, Anna Karenine, La Guerre et la Paix, Hadji Mourat mais celles- la m'ont visiblement secouee dans mon appreciation du romancier. Puis J'ai eu de la chance de lire La Dissertetion en litterature generae et comparee , edition Armand Colin de Pierre Brunel sur la Jalousie et il me semble que je vois un peu plus clair ce que c'est que l'idee conductrice dans les trois nouvelles car a part du Bonheur conjugal, il y a aussi La Sonate a Kreuzer et le Diable, toutes les trois ayant en commun le mariage comme institution et le choc qui vient apres une vie a deux., la jalousie etant une des facettes des problemes du mariage, la jaousie come metaphore d'ecriture de l'ecrivain Il faut prendre en compte la vie de Tolstoi ,ses experiences un peu , sa vie mondaine la vie en salon aussi, non loin de la meme epoque en France ou en Angleterre. La societe pose ses regles,ses habitudes et agit de poser de modeles de comportement des filles et de jeunes gens a marier. Les jeunes filles pures , habitant en campagne ou en societe pousses dans le mariage par la societe et a commencer par des meres egalement avides a les marier a qui se presente comme un parti le plus desirable, riche et de belle extraction, sont d'abord projetee dans vortex d'un jeu de seduction et de desir complexe et trepidant qui change leur etat. .Elles ont par ailleurs leurs desirs qui conviennent a leur age et regardent leur futur mari ou fiance a des couleurs allechantes et vivantes. L'experience qu'ils peuvent avoir uniquement ajoute a leur valeur. .

Ces trois nouvelles sont celles qui donnent des preceptes a ceux que le probleme
concerne le plus pour echapper , s'ils peuvent , a des malentendus d'un mariage malheureux. La toute premiere, et d'ou le titre, est Le bonheur conjugal elle-meme. Elle presente une naive fille, orpheline de pere , qui a la mort de sa mere sye trouve dans une situation de solitude et de precariite sentimentale avec sa jeune soeur et la vieile et fidele gouvernante dans son beau et assez suffisant domaine , tres joliment situe dans la Russie campagnarde. Elle a 17 ans au debut et son futur que la vie lui a donne, car sa mere bien avant de mourir le lui a indique comme en le souhaitant, comme son futur mari. malgre le fait qu'il est 20 ans son aine. Cela se fait en Russie. comme en France dans les familles terriennes et proprietaires, Serge Mikhalovitch et cela est son nom, est aussi l'ami intime du pere de la jeune fille, ils ont fait bien des conversations intimes en la tenant sur les genoux et la regardant jouer pres d'eux. C'est une nouvelle a caracteres. La jeune Macha est une jeune fille sensible et emotive, rien d'etonnant d'ailleurs et son tuteur est , celui qui se prend sous coupe de la beaute et la fraicheur de la jeune personne, qui a indubitablement quelque talent de la musique, est prudent et sait ce qu'il fait, il se met a son avantage pour donner le gout a la tout jeune et sensible fille. qui reve dans sa campagne en s'ennuyant aussi un tout petit peu. De merveilleuses descriptions, et on voit le maitre-ecrivain, contribuent a rendre la jeune fille sensible au seducteur bon prudent et logique Serge, Sergei Mikhailovitch. Une relation de pupille et son tuteur qui se trouve mise en balance et correspond comme telle dans la nature russe ou les dahlias en fleur sont decrits et mentionnes dans le voisinage de leurs tuteurs! Les filles et leurs tuteurs sont devenus comme des phases uniquement au centre meme de cycle de vie. Ils changent, evoluent ou se laissent mourir, se quittent., mourir ou faner dans l'ennui de la vie. Tel est peut-etre cet enjeu qui est la mariage Le bonheur conjugal n'est qu'un bref instant d'espoir et d'esparance de la jeune fille avant son mariage et quelque bref moment apres le mariage. La musique et la nature peuvent concourrir a garder un lien avec l'epoux L'ennui s'installe et la volonte de fuir le nid vers la societe et c'est le danger. et le vertige d'un bal et d'autres personnes, les plus souvent des flagorneurs , des flatteurs, des interesses qui essaient de detourner la personnes vers le superficiel et la la jeune femmes sans experience se tourne vers l'epoux qui veut qu'elle reflechisse pour elle-meme, pas pour lui, cela ne devrait pas etre un sacrifice mais un rejet lucide. Et le parcours societal finit dans le degrisement progressif , premierement du malentendu avec le mari puis dans le degrisement avec la societe aux valeurs egoistes. Et le resultat est une perte de l'innocence ou le mari et la femme deviennent desillusiones. Ce qui reste et les sauve, ce sont les enfants, amour maternel , et possessif, de ses enfants, le mari devenant a ses yeux maintenant, leur pere uniquement. O combien triste!., cette premiere nouvelle, mais lucide me rappelant Erec et Enide de Chretien de Troyes mais aussi La Duchesse de Vergy dans lesquels il y a une difference entre les amants et leur secret d'un cote et le mariage de deux adultes qui, sobrement et avec obligation, fondent un foyer avec prosperite, chacun reussissant a combler leur tache pour le bonheur de la maison et l'heritage pour l'avenir car Chretien de Troyes, a la difference de la societe aristocratique et sa protectrice, Marie de Champagne et de son entourage est pour l'amour en mariage du moins pour le debut. Il est plus facile de combler cette tache necessaire a la vie maritale ayant pour base une inclinaison sentimentale, voire l'amour Il est plus facile de perpetuer la vie ensemble dans l'amour. Chaque parti doit s'interesser a la vie de son autre. Justement il me semble que cet amour est disparu, une etincelle de la seduction et de l'attrait est partie, ce qui reste est le souvenir , le plus souvent ce souvenir que le sujet n'est meme pas certain qu'il eut existe! Il faut des personnes murs et calmes qui n'ont regret de rien mais sont mus par le present et pour le mieux du foyer. Et la jeune Macha agit pour de bon pour ses enfants et le pere de ses enfants et elle se confie elle-meme au present!. C'est a esperer qu'elle s'est assagie, devenant une femme et epouse telle une reine comme Enide. La-dessus Leon Tolstoi nous laisse finir pour nous meme le parcours futur de Macha.

La deuxieme nouvelle est plus serieuse, plus tragique, plus malheureuse car elle va jusqu'au bout de la relation nefaste et egoiste du mariage due a la non-communication des epoux , dans leur ignorance de l'autre. , dans la prolongation de leur propre attitudes et desirs tout personnels. La jalousie et la jalousie maladive et nefaste est une ultime stade du mauvaise ralation maritale, qui equivaut a une maladie. et doit etre traitee comme telle. Le mariage entre 2 personnes n'aurait du jamais exister. sans societe et ses presupositions, marier et preparer les fille comme des poupee a sex-app
eal, belle et seduisante qui fait gloire de la jeunesse feminine et virginale. La jalousie est un etat de dechirure entre l'spritt sensible, a fleur de peau qui se cree des soucis et des tourmants le menant a une situation de l'incomprehension entre lui et l'objet de sa jalousie. Les plus celebres et complexes textes sur la jalousie sont L'Eternel mari de Dostoievski, La Senilita de Svevo et La jalousie de Proust dans Un amour de Swann et La Prisonniere que l'ouvrage mentionne de P. Brunel donne a analyser

Et le Diable, la troisieme nouvelle partie de la prolongation de l'autre facette de la deuxieme, probleme du mari qui veut oublier sa vie sentimentale d'avant, ne veut pas continuer une relation peu louable pour lui, veut etre sincere et ferme mais ne reussit pas a tuer le diable mais le diable le tue. Le Mariage devient veritablement comme une phase entre la vie et la mort. On tue un etre avant et on devient un etre mur sur lequel on compte dans la vie en societe.
Et je pense au plus grand et populaire roman du mariage moderne, celui de Belle du Seigneur qui n'est pas si loin de Tolstoi! L'amour se fait dans la clandestinite et le mariage est un fait de societe, c'est la societe qui instaure et fait valoir les epoux comme leur union.

J'ai voulu donner 7 mais j'ai avance en un point parce que le mariage, et ce theme autour du mariage, n'est jamais fini, tout reste sur des moments d'une longue vie a deux. Il reste toujours ouvert sujets a la complexite d'une vie qui projette tous tous ses souvenirs du passe dans le moment precaire du present dans sa solitude et sa deception peut-etre Il y a beaucoup de tueries symboliques dans le mariage. Ps etonnant qu'on dit du mariage qu'il soit le deuxieme grand moment de la vie de chaque individu. Le premier est la naissance et la trisieme la mort

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 181 fois
27 apprécient

Blanchefleur321 a ajouté ce livre à 1 liste La Sonate à Kreutzer • Le Bonheur conjugal • Le Diable

Autres actions de Blanchefleur321 La Sonate à Kreutzer • Le Bonheur conjugal • Le Diable