👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Germain Châze est quelqu’un de simple. Pas très malin. Un peu simplet. Un grand naïf, attachant, volontiers blagueur. Il vit dans une caravane sise au fond du jardin de sa mère. Sa mère qu’il ne supporte pas. Sa mère qui ne l’a pas aimé et pas vraiment élevé.
Germain Châze sait à peine lire (mais de toute façon il ne lit pas), à peine écrire. Il faut dire que personne ne s’est jamais donné la peine de l’éduquer autrement que par des coups et des brimades. Il aurait toutes les raisons d’en vouloir à la terre entière, pourtant, il est gentil. Il travaille un peu (les boulots pénibles que les autres refusent). Suffisamment pour ensuite toucher le chômage et avoir du temps pour les activités réellement importantes : compter les pigeons dans le parc et inscrire son nom au marqueur indélébile sur le monument aux morts de la guerre d’Algérie.
C’est au parc justement qu’il fait la connaissance de Margueritte, une vielle dame toute menue dont les pieds ne touchent pas le sol lorsqu’elle s’assoie sur un banc. Margueritte est différente des « autres ». Elle ne prend pas Germain de haut et parle d’emblée avec lui d’égal à égal. Pourtant, elle est très cultivée, très instruite. Elle a beaucoup voyagé. Beaucoup lu. Mais Germain, qui l’a arraché à sa solitude, lui plait immédiatement. Un intérêt réciproque à l’origine d’une grande amitié qui va bientôt lier ce couple disparate. Amitié née de l’exclusion et confortée par la littérature et les livres que Margueritte lui lit à haute voix : Germain découvre un monde dont il ignorait tout et qui le fascine dès les premières pages.
La tête en friche est un livre agréable. Un livre dont la lecture caresse le moral dans le sens du poil. Qui donne du baume au cœur. Une écriture simple qui m’a rappelé celle d’Anna Gavalda. Une écriture vive dans laquelle les dialogues abondent, pleine d’humour et d’ironie. Et de poésie. Et de tendresse.
Un bon moment de lecture.
BibliOrnitho
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Lectures estivales et Lectures 2013

il y a 8 ans

5 j'aime

3 commentaires

La Tête en friche
Reka
7

Tout en simplicité

En commençant ce roman, j'ai pris peur quant à son ton relativement brut et vulgaire, puis au fil des pages, j'ai éprouvé de plus en plus de plaisir à suivre Germain, ses aventures et ses...

Lire la critique

il y a 11 ans

3 j'aime

La Tête en friche
muse2805
8

Critique de La Tête en friche par muse2805

Une histoire à déguster à cru, comme on mange une cuisse de poulet avec les doigts! On a envie d'en redemander et en même temps on sait que ce serait pure gourmandise! La qualité du verbe abrupt ne...

Lire la critique

il y a 10 ans

3 j'aime

La Tête en friche
Sedgewick
7

Critique de La Tête en friche par Sedgewick

J'ai pioché ce livre dans ma pile de poches mis de côté pour l'été. Je ne me suis pas trompée, en embarquant avec Marie-Sabine Roger dans l'histoire de Germain et Margueritte, deux passants que tout...

Lire la critique

il y a 9 ans

1 j'aime

Le Voyage de Chihiro
BibliOrnitho
10

Critique de Le Voyage de Chihiro par BibliOrnitho

Une enfant est affalée sur la banquette arrière d'une voiture, des bagages en tout sens : la famille de Chihiro déménage et arrive dans son nouveau quartier. Mais papa tourne un tout petit peu trop...

Lire la critique

il y a 8 ans

48 j'aime

3

Le Petit Prince
BibliOrnitho
10

Critique de Le Petit Prince par BibliOrnitho

A cause de la vanité d’une fleur maladroite qui ne sut déclarer son amour et parce qu’il a découvert que l’amour pouvait avoir des épines, le Petit-Prince quitta sa minuscule planète (pas plus grande...

Lire la critique

il y a 8 ans

48 j'aime

2

Kafka sur le rivage
BibliOrnitho
10

Critique de Kafka sur le rivage par BibliOrnitho

Un chef-d'œuvre qu'il me paraît impossible à résumer. Un récit dense, surréaliste où deux mondes s'entremêlent étroitement. Le jeune Kafka Tamura (le nom est authentique, mais il s'agit d'un prénom...

Lire la critique

il y a 10 ans

35 j'aime

8