Le petit Nicolas du ghetto

Avis sur La Vie devant soi

Avatar alb
Critique publiée par le

J'ai en effet trouvé un peu du personnage de René Goscinny, dans ce court roman : les pensées intimes livrées avec un langage imparfait pour mieux décrypter la complexité du monde des adultes et le mettre à nu.

Mais Momo n'a pas la vie facile comparé à Nicolas, en bon "fils de pute" comme il le dit lui même, il a eté abandonné à la naissance par sa prostituée de mère auprès d'une veille nourrice juive en fin de vie. Il n'est pas scolarisé, et doute même de son âge de 10 ans, car ses papiers ne sont pas tout à fait officiels.

Le pire c'est qu'il est complément conscient de sa position délicate et instable, il craint à tout moment d'être rattrapé par l'assistance publique et ce système qui fait tant peur à tous les habitants de son immeuble, remplis d'immigrés, de proxénètes, de travestis. Et il sent également au fond de lui toute la peine, le manque d'avoir été abandonné. Il est en besoin constant d'attention, et comment trouver de l'attention quand on est un enfant laissé seul dans la rue : faire des conneries surement, jusqu'au terrorisme peut etre. Sauf que Momo est un gars très sensible, hyper lucide malgré toutes ses lacunes, avec un énorme cœur, et qu'il vaut mieux que ça. Il décide donc de prendre soin de la seule personne qui s'est jamais préoccupée de lui.

Un livre remarquable, très touchant, qui ne va pas laisser cette pute de vie sans avoir à rendre de compte sur son oeuvre. La gouaille de Momo ne faiblit pas un instant, et l'on se demande ce que l'avenir a bien pu lui réserver.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 156 fois
1 apprécie

Autres actions de alb La Vie devant soi