Avis sur

La Vie devant soi par ngc111

Avatar ngc111
Critique publiée par le

Décidément Romain Gary a le talent pour nous faire rire ou sourire en racontant des choses tristes ou mélancoliques. Ici tout le talent de l'écrivain est de nous relater les faits à travers les propos du jeune "momo", avec son vocabulaire cru et chatoyant, avec son regard d'enfant qui a grandi trop vite (et même de 4 ans d'un coup !), dans un environnement pauvre, où drogue et prostitution sont sans cesse sous les yeux des enfants.
Mais un univers où la générosité et le multiculturalisme fleurissent et créent une atmosphère folklorique et collective. Les gens s'aident, se parlent au milieu d'évènements peu réjouissants.

Le jeune garçon parle avec franchise et dresse le caractère, le portrait de multiples personnages dont on ne peut que se souvenir tant il les décrit avec humour et amour tout en gardant une certaine distance dans son jugement de la vie. Le jeune garçon recherche désespérément une figure maternelle et/ou paternelle même s'il espère de tout cœur ne pas avoir à se séparer de madame Rosa, juive malade et vieillissante dont il ne cessera de louer les qualités même si elle est laide, car la beauté de ses yeux et la profondeur de son amour semblent sans égal.

Finalement le roman n'est pas si riche que cela, il n'y a pas foule d'évènements, mais le ton est incroyable, on sourit tout en ayant du mal à ne pas être ému par l'amer sort réservé à Momo, à Rosa, à Mr Hamil ou à madame Lola. Dans un tout petit coin de Paris, Romain Gary arrive à raconter une histoire tellement simple qu'elle pourrait tenir en quelques pages, avec très peu de personnages... mais pour aboutir à un superbe récit dont l'émotion émane à chaque page.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 120 fois
2 apprécient

Autres actions de ngc111 La Vie devant soi