Prétexte écologique

Avis sur La Vieille Anglaise et le Continent

Avatar Bobkill
Critique publiée par le

L'idée est originale et a été exploitée dans un style non dénué d'humour, mais je ne peux que rester perplexe devant les prix et les nominations de cette novella. Car il s'agit bien là d'une novella, pas assez longue pour être un roman et trop pour être une nouvelle. Griffe d'Encre consacre une collection toute particulière à ce format et on ne remerciera jamais assez cette remarquable jeune maison d'édition de permettre l'émergence de nombreux auteurs de talent dont Jeanne-A Debats.

« La Vieille Anglaise et le continent » est la première novella de Jeanne qui, jusqu'à présent, n'avait commis que des nouvelles. Et Dieu sait que cet art est exigeant de ses adeptes. La Vieille Anglaise n'est autre que Lady Ann Kelvin. Toute sa vie, elle a soutenu le combat des écologistes, n'hésitant pas à aider les éco-warriors, ceux qui n'hésitent pas à mettre la vie de leurs adversaires en danger pour que la cause gagne.

A l'approche de la mort, rongée par un cancer, elle voit en Marc Batten, le narrateur, le moyen de poursuivre le combat de toute sa vie. En effet, ce dernier, a mis au point une technique révolutionnaire qui va permettre de transférer l'esprit d'humain dans d'autres corps. Pour Ann, pour la mission que l'organisation souhaite lui proposer, ce sera le corps d'un cachalot. Une espèce menacée par la folie des hommes, quelle meilleure réincarnation souhaiter, et quelle stratégie de riposte mettre au point ?

C'est le point de départ de cette novella riche en trouvailles. Même si c'est bien écrit et qu'on ne s'y ennuie guère, on regrettera une fin en queue de poisson – c'est le cas de le dire. Personnellement, je ne me lasse pas de me demander comment ce texte a pu remporter le Prix de l'Imaginaire 2009 dans la catégorie nouvelle et le Prix Julia Verlanger 2008. Il est excellent, et c'est une agréable surprise que de découvrir que les juries s'éloignent des standards du genres pour attribuer des récompenses aussi prestigieuses. Mais, et cela ne gâte rien, je pense également que c'est un moyen de récompenser les éditions Griffe d'Encre qui sont la maison d'édition qui monte et qui font un travail formidable. Une lecture agréable pour lecteurs curieux.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 142 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Bobkill La Vieille Anglaise et le Continent