👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

A force de fréquenter Haneke et de lire des faits divers horrifiques se passant en Autriche, on s'est fait une représentation assez effrayante de la psyché de ce pays... et ce n'est pas "la douceur de la vie" de Paulus Hochgatterer qui va nous faire changer d'avis, tant le pédopsychiatre accumule en quelques centaines de pages une multitude de cas de névroses, psychoses et deviances diverses qui finissent par déprimer le lecteur le plus optimiste, surtout lorsque les victimes - ou même les coupables des exactions largement horribles contées ici - sont des enfants. La lecture de ce livre, plus ou moins faussement vendu comme un polar, s'avère donc éprouvante, et ce d'autant que Hochgatterer met à l'épreuve notre intelligence en passant d'un narrateur à un autre sans nous faciliter d'aucune manière la compréhension du récit qu'il construit, récit qui ressemble finalement plus à un puzzle de psychés malades qu'à un thriller ou même à la chronique d'une petite ville autrichienne qui a depuis longtemps (la seconde guerre mondiale, on le comprend à la fin) sombré dans la déraison. On doit admettre que Hochgatterer a un style magnifique, qui lui a d'ailleurs valu maintes récompenses, mais on regrettera le choix assez radical qu'il fait à la fin du livre d'abandonner sans un mot, sans un regard en arrière, les beaux personnages - comme le pédopsychiatre (justement) tourmenté et le flic désabusé qui tentent tous deux de saisir un peu de la vérité de leurs concitoyens. On avait appris à les aimer malgré les obstacles mis sur notre chemin par l'auteur, et on ne peut que se sentir frustrés de ce qu'ils n'aient droit à aucune "closure" qui aurait pu justifier - sans parler de guérir, bien évidemment - leur souffrance. Un léger bémol seulement à un livre rugueux, malaisant, mais d'une intelligence et d'une originalité confondantes.
EricDebarnot
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 7 ans

La douceur de la vie
MarianneL
8

Critique de La douceur de la vie par MarianneL

Malgré la Sachertorte sucrée et fondante, malgré le velouté du chocolat chaud, malgré la beauté de ses lacs et villages enneigés en hiver, l’Autriche a visiblement, dans ce roman, un problème avec la...

Lire la critique

il y a 9 ans

4 j'aime

La douceur de la vie
Charybde2
8

Thriller autrichien très réussi, vertigineux quant à ses implications psychologiques et sociales.

Désormais sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2014/03/01/note-de-lecture-la-douceur-de-la-vie-paulus-hochgatterer/

Lire la critique

il y a 10 ans

1 j'aime

La douceur de la vie
EricDebarnot
8

Le paradis autrichien

A force de fréquenter Haneke et de lire des faits divers horrifiques se passant en Autriche, on s'est fait une représentation assez effrayante de la psyché de ce pays... et ce n'est pas "la douceur...

Lire la critique

il y a 7 ans

Moi, Daniel Blake
EricDebarnot
7

La honte et la colère

Je viens de voir "Moi, Daniel Blake", le dernier Ken Loach, honoré par une Palme d'Or au dernier festival de Cannes et conspué quasi unanimement par la critique, et en particulier celle de gauche....

Lire la critique

il y a 5 ans

193 j'aime

53

1917
EricDebarnot
5
1917

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

Lire la critique

il y a 2 ans

177 j'aime

92

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

Lire la critique

il y a plus d’un an

162 j'aime

22