Couverture La douleur porte un costume de plumes

La douleur porte un costume de plumes

(2015)

Grief is the Thing with Feathers

12345678910
Quand ?
6.4
  1. 0
  2. 2
  3. 0
  4. 3
  5. 4
  6. 7
  7. 8
  8. 6
  9. 4
  10. 0
  • 34
  • 6
  • 22
  • 0

PostsLa douleur porte un costume de plumes

Vous avez une anecdote, une vidéo/photo ou une simple question sur ce livre ?

Critiques : avis d'internautes (4)

La douleur porte un costume de plumes
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Mwolloooa... mwolloooa...

Trois voix : Papa, les garçons, Corbeau. Maman vient de mourir, Papa est « aussi vidé qu'un pendu », détruit, anéanti. Les garçons n'y comprennent rien. Devenus orphelins, ils proclament : « Nous remplirons cette maison de livres et de jouets et nous sangloterons comme si on nous avait oubliés à la garderie. » Elle n'est plus là et le père hurle de douleur : « Elle me manque tant, c'est une... Lire la critique de La douleur porte un costume de plumes

1
Avatar lireaulit
7
lireaulit ·
Découverte
Un journal de deuil inventif et poignant, désespérant et merveilleusement drôle.

Miraculeusement, et comme Philippe de Jonckheere dans «Une fuite en Égypte», Max Porter réussit dans ce premier livre, publié en 2015 et superbement traduit par Charles Recoursé pour les éditions du Seuil (2016), à parler du deuil le plus douloureux, avec authenticité, une tristesse désespérée et une profonde drôlerie. Une femme vient de mourir, laissant derrière elle un mari et deux...

Avatar Charybde  7
8
·
C'est beau, scotchant! A relire!

Elle vient de mourir: la femme, la mère. Ce jeune veuf, papa, se confronte à la compassion des voisins, de sa famille, de celle de la défunte, des amis. Il n'y a pas eu la voix de l'urgence pour que la maman revienne à la vie, ce fut le fait, acté. Elle n'est plus là. Un être étrange arrive lui, il n'est pas attendu, pas même convié à entrer, le Corbeau. Il s'agit bien d'un corvidé de... Lire la critique de La douleur porte un costume de plumes

Avatar Vef
9
Vef ·
Critique de La douleur porte un costume de plumes par jerome60

Le Corbeau vient un soir frapper à la porte. Le père l’accueille. Les deux fils dorment. Et la mère vient de mourir. Le Corbeau s’immisce, conseille, apaise, se moque, parasite. L'oiseau n’est pas là pour aider à faire le deuil, il accompagne le désespoir, apprend à chacun qu’il faut continuer à vivre. Il est protéiforme, à la fois « charognard et philosophe », insupportable et indispensable.... Lire l'avis à propos de La douleur porte un costume de plumes

1
Avatar jerome60
8
jerome60 ·
Toutes les critiques du livre La douleur porte un costume de plumes (4)
Vous pourriez également aimer...