Les 7 labyrinthes

Avis sur La nuit sans fin

Avatar Judith Grégoire
Critique publiée par le

Thierry Horguelin, bien que né à Montréal, a le cœur belge. Cet ancien libraire et critique littéraire et cinématographique, s'est lancé il y a quelques années déjà dans l'écriture. Je vais parler ici de son second ouvrage : La nuit sans fin, récompensé du prix Franz de Wever en 2009.

Ce livre, ou plus précisément ce recueil de nouvelles, contient 7 histoires toutes différentes les unes des autres. Si ce sont toutes des histoires différentes elles n'en ont pas moins un lien qui les relie : dans chacune d'elles se distingue un labyrinthe, qu'il soit physique, temporel ou mental. On retrouve également, à part pour la première histoire qui n'a pas de héros principal, un homme tourmenté par son propre labyrinthe, qui se distingue plus facilement dans certaines histoires que dans d'autres. Ainsi retrouve-t-on dans Le contretemps un effet papillon nous montrant que la moindre de nos action peut avoir des répercutions sur la vie des autres. Dans La nuit sans fin, nouvelle dont le recueil tient son nom, nous suivons Carter passant d'une aventure à une autre sans réellement comprendre ce qu'il s'y passe. Dans Le trou du souffleur nous avons affaire à un labyrinthe aussi bien physique que temporel au cœur duquel Louis Dembour revit des pièces de théâtre. Dans L'homme à l'anorak jaune, le personnage principal est un insomniaque confronté à un mystère lors d'une de ses nombreuses nuits sans sommeil. Dans la dernière histoire de ce recueil, L'ennemi, Stone se retrouve bloqué dans son labyrinthe mental le poussant encore et toujours à la course-poursuite.

Pour ce qui est des nouvelles Le grand transparent et L'affaire Dieltens, le labyrinthe est moins visible. Pour le premier il s'agit d'une invraisemblance au niveau spatial avec une pièce entièrement transparente, au contenu transparent, le tout suspendu en haut d'une tour. Et pour le second, c'est une recherche de la vérité quant à la carrière d'un peintre.

Si je n'ai rien a redire au style d'écriture de Thierry Horguelin, j'ai beaucoup à dire sur ses histoires en elles-même. Pour commencer je dois dire que si ça n'avait pas été pour un cours, je ne me serais jamais laissée tenter par cet ouvrage qui n'est pas du tout du style que je lis habituellement. Je ne suis déjà pas de base très adepte des nouvelles, du fait de la longueur des histoires je n'arrive pas à rentrer vraiment dedans. Ceci en plus du fait que l'auteur aime les « infinis » et les répétitions, j'ai une impression de non fini, comme s'il manquait un bout à l'histoire. De plus, certaines histoires sont tellement compliquées qu'elles en deviennent difficiles à comprendre et que je me suis sentie perdue.

Même si je n'ai personnellement pas apprécié ce livre, il n'en reste pas moins un très bel exemple de nouvelles fantastiques à suspens qui ne manquera pas de plaire aux amateurs de ce style là. Cependant, si comme moi, vous aimez avoir le temps de rentrer vraiment dans une histoire et vous attacher aux personnages passez votre chemin, ce livre n'est pas pour vous.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 127 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Judith Grégoire La nuit sans fin