Avant John Dos Passos, je ne pensais pas qu'un collage pouvait se lire. Attacher des bouts d'articles, de petits épisodes de personnages qui ne semblent pas faits pour se rencontrer, des poèmes, des paroles de chansons, et en faire une fresque humaine, belle et cruelle sur le début du vingtième siècle aux Etats-Unis, c'est un travail titanesque et fabuleux à découvrir. En sortant de ce livre, on a besoin de souffler, 30 ans d'histoire viennent de nous sauter à la figure, mais c'est le genre de lecture qui vous marque, qui vous rappelle qu'il y a une vie pour un écrivain, une vie faite d'autre chose que de best-sellers, d'interviews tranquilles sur des canapés rouges, et redonne un sens au mot œuvre. Une œuvre à poursuivre avec "L'An premier du Siècle" et "La Grosses Galette". Et rien à faire, les écrivains désabusés et en colère de la "Lost Generation" mettent la claque du siècle à nos contemporains.
Elosezhello
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

Le 8 décembre 2010

2 j'aime

Le 42e Parallèle
Elosezhello
9

Le 20ème siècle dans ta face

Avant John Dos Passos, je ne pensais pas qu'un collage pouvait se lire. Attacher des bouts d'articles, de petits épisodes de personnages qui ne semblent pas faits pour se rencontrer, des poèmes, des...

il y a 12 ans

2 j'aime

Le 42e Parallèle
Kabuto
8

Critique de Le 42e Parallèle par Kabuto

Une très belle chronique des USA du début du 20em siècle. À cette époque, les États-Unis ne sont pas encore la grande puissance actuelle mais sont déjà en passe de le devenir. C’est une société en...

il y a 9 ans

1 j'aime

2

Le Meurtre de Roger Ackroyd
Elosezhello
9

Critique de Le Meurtre de Roger Ackroyd par Elosezhello

Agatha, tu ne m'en veux pas, si, dans toute ton œuvre prolifique, je n'en gardais que deux sur mon île déserte ? Et si Le Meurtre de Roger Ackroyd était de ces deux-là ? Agatha, Le Meurtre de Roger...

il y a 12 ans

21 j'aime

2

Indiscrétions
Elosezhello
10

Critique de Indiscrétions par Elosezhello

Les séquences "ils nous ont quittés" aux cérémonies des Oscars et Césars me font toujours pleurer comme une madeleine, même avec l'adagio de Barber derrière. Et rien qu'à voir l'affiche d'...

il y a 12 ans

20 j'aime

2

Sept jours pour une éternité…
Elosezhello
1

Arme de destruction féline massive

Lire un roman de Marc Lévy, c'est comme accepter de regarder une émission de variétés un samedi soir avec une grand-mère acariâtre. Quand tu finis "Sept jours pour une éternité, soudain, un blues...

il y a 12 ans

12 j'aime

4