👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J'ai beaucoup de mal à noter ce livre tant les différents passages m'ont inspirés du plaisir ou de l'ennui, voir une quasi envie d'abandonner la lecture.

Globalement, le style est à la hauteur de l'ambition : faire découvrir l'Illiade, rendre accessible ce mythe à celles et ceux qui ne le connaîtrait pas. En ce sens, Madeline Miller nous propose une réécriture inspirée, elle parvient à s'approprier chaque personnage et à lui insuffler sa touche personnelle sans dénaturer les héros tout en s'autorisant des libertés avec le canon mythique.

Les combats sont retranscrit avec un souffle épique, même si certaines adaptations rendent certaines mort presque décevante par rapport à l'originale, mais logique dans le fil de cette histoire là. Il y a quelques longueur dans certaines description de paysage, mais cela permet de se plonger dans un univers riche. De même, on a parfois l'impression de redécouvrir des personnage grâce à des descriptions précises ou au contraire jouant sur ce que l'on connaît d'eux par la culture (même sans avoir lu en détails l'Iliade)

On y croise ainsi un Chiron, vieil ermite centaure dans la montagne ; Ulysse, dont la mètis (mélange de malice bienveillante et de ruse menaçante) n'a jamais était aussi bien retranscrite pour moi ; Agamemnon dont la vanité et l'égo feraient passer l'ennemi troyens pour un caillou dans la chaussure d'Achille ; et des divinités dont l'apparition est aussi inquiétante que nébuleuse. Et Achille, renonçant à un avenir divin mais plat pour devenir le plus glorieux des mortels ; accompagné par un Patrocle narrateur à la fois tuteur, confident, appui et amant de son héros.

Mais, et c'est là le gros défaut du bouquin qui a presque réussi à me faire jeter l'éponge : la première moitié du livre, lorsqu'on parle de la relation d'Achille et Patrocle, est un plantage complet. Ici, pas de place au doute ou à la subtilité homérique sur ce lien. Mais alors qu'on aurait pu rester dans une réinterprétation intéressante, épique, où le rôle des dieu et du destin ou bien d'autres ficelles qu'autorisent la réécriture aurait amené cette relation avec subtilité et gardant ce côté implacable, on tombe de manière incompréhensible dans ce qui semble être une mauvaise fan fiction L'Iliade x Twilight. Que c'est long et épuisant ces descriptions et cette mièvreries. Évidemment qu'il fallait faire comprendre au lecteur l'importance de l'amour réciproque qu'ils se portent. Mais je ne comprend pas pourquoi on nous inflige cette narration digne des romans à l'eau de rose.

Dommage, car malgré ce gros défauts, on arrive sur la 2e moitié du livre en ayant bien compris le lien qui unie Patrocle et Achille et comment il va s'inscrire dans leur destiné commune, et dans la destiné des 2 nations combattantes.

Au final, est-ce raté si ça sert le propos correctement ? Je ne sais pas mais ça a failli me faire fuir tel Enée pour aller lire une autre Troie. Allez, c'est toujours mieux que Brad Pitt en jupon, lisez le si vous ne connaissez pas l'Iliade, c'est une bonne façon de l'approcher (aimer les romans Harlequin est un plus pour l'apprécier pleinement)

Homegas
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste livres lus en 2021

il y a 12 mois

2 j'aime

Le Chant d'Achille
Saturn
10

Ce 1% de lecteurs qui ont lu ce livre sans connaître le mythe d'Achille !

Je fais parti de ce 1% de lecteurs qui a lu le livre sans connaître le mythe d'Achille. Je me suis renseigné sur le sujet après coup. Je ne sais pas si ça a son importance mais je suis homosexuel...

Lire la critique

il y a 5 ans

7 j'aime

Le Chant d'Achille
Hameçon
8

A + P = ♥4Ever

Un régal : une réécriture de l'Iliade, centrée autour de la relation entre Achille et Patrocle, le tout vu à travers les yeux de ce dernier. Le style est correct, sans plus. La narration à la...

Lire la critique

il y a 9 ans

4 j'aime

Le Chant d'Achille
LouKnox
7

Critique de Le Chant d'Achille par Lou Knox

Tu t'rappelles comment j'avais été emporté par Circé ? Ça m'avait même donné envie de revoir Troie alors que je l'avais vu au cinéma et que je l'avais trouvé super pété. Bref t'imagines comment...

Lire la critique

il y a 2 ans

4 j'aime

Les Grandes Oubliées
Homegas
7

Une brève histoire féminine et féministe de la France

Les grandes oubliées, de Titou Lecoq, à l'ambition de réécrire l'histoire que l'on connaît de nos bouquins du collège lycée, mais au féminin (le sous titre résumé bien le questionnement auquel va...

Lire la critique

il y a 5 mois

3 j'aime

Vortex - Spin, tome 3
Homegas
6

une fin de cycle un peu trop expédiée pour être appréciée

Avec Vortex, Robert Charles Wilson conclu assez bien sa trilogie. Après un spin assez incroyable, un axis facilement oubliable, Vortex permet à l'auteur d'aller au bout de sa réflexion sur les...

Lire la critique

il y a 1 an

3 j'aime

Le Chant d'Achille
Homegas
6

L'Iliade, aux éditions Harlequin

J'ai beaucoup de mal à noter ce livre tant les différents passages m'ont inspirés du plaisir ou de l'ennui, voir une quasi envie d'abandonner la lecture. Globalement, le style est à la hauteur de...

Lire la critique

il y a 12 mois

2 j'aime