Après mûre réflexion, j'ai décidé de ne pas être trop sévère avec ce roman bien que l'auteur tende le bâton pour se faire battre. Pas trop sévère, simplement en souvenir des deux premiers épisodes de l'adaptation télé qui m'ont plu ; d'ailleurs, l’adaptation étant archi fidèle, quasi littérale, il n'est pas étonnant que ce soit seulement la première partie qui m'ait plu également.

Ne pas être sévère ne signifie pas non plus être complaisante.

Paraît qu'il n'y a que la vérité qui blesse alors tant pis, je le dis, au risque d'en décevoir certain(e)s : il ne s'agit pas ici d'un roman historique. Ce n'est pas grave, qu'on se console, nous avons à la place un solide roman sentimental que l'auteur situe au XVIIIème siècle dans le seul souci de pimenter un peu la relation entre ses personnages principaux. Cela fait, Diana Gabaldon a ensuite toute légitimité de s'engouffrer dans le très traditionnel schéma du triangle amoureux harlequinesque.

Ce type de roman a son public et si ce public retire de sa lecture plaisir et divertissement, tout est pour le mieux. La seule chose qui me chagrinerait, je l'avoue, serait que lesdits lecteurs soutiennent mordicus avoir lu un roman historique et acquis de ce fait les connaissances inhérentes à la période traitée. Autrement dit, qu'ils prétendent avoir bénéficié par ricochet de l'érudition et des recherches documentaires de l'auteur. Or si un lecteur se lance dans "La porte de pierre" avec l'idée qu'il sera immergé dans la révolte jacobite et bien, euh, comment dire, il se plante. Par contre, s'il est à l’affût d'une histoire d'amour passionnée et teintée de fantastique entre un irrésistible highlander, aussi viril que tendre - impétueux amant cela va de soi - et une irrésistible jeune femme, aussi belle qu'intelligente - et qui saura, comme 98% des héroïnes harlequinesques, soigner un ulcère avec une infusion de camomille -, alors, oui, ce sera le pied total (pour le lecteur, le highlander et la jolie guérisseuse). Dans cette configuration, je peux d'ores et déjà lui recommander la lecture de "Vint un chevalier" de Jude Deveraux.

Reconnaissons toutefois à ce roman un indéniable avantage : il se lit vite. Malgré de nombreuses longueurs, le style de l'auteur rend sa lecture fluide, agréable et divertissante. Pour ma part, ce fut un grand tort de visionner la série avant de lire le livre.
Gwen21
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Challenge PAVES août 2014 - août 2015, 2015 et Challenge de lecture POPSUGAR* - 2015

Le 26 janvier 2015

12 j'aime

7 commentaires

Le Chardon et le Tartan - Outlander, tome 1
Gwen21
5

Critique de Le Chardon et le Tartan - Outlander, tome 1 par Gwen21

Après mûre réflexion, j'ai décidé de ne pas être trop sévère avec ce roman bien que l'auteur tende le bâton pour se faire battre. Pas trop sévère, simplement en souvenir des deux premiers épisodes de...

Lire la critique

il y a 7 ans

12 j'aime

7

Le Chardon et le Tartan - Outlander, tome 1
AliceRiddle
7

Des kilts, des kilts, des kilts !

Ok, le titre de la critique est nul mais qui n'aime pas les kilt ?... 99% de la population... Bon, ok, je me tais. J'ai eu envie de lire ce livre car je veux voir la série, et j'ai toujours du mal à...

Lire la critique

il y a 6 ans

7 j'aime

3

Le Chardon et le Tartan - Outlander, tome 1
ChloeAnnabelleD
8

Critique de Le Chardon et le Tartan - Outlander, tome 1 par ChloeAnnabelleD

Après avoir dévoré et adoré la série, je n'avais qu'une seule envie, celle de me replonger dans ce séduisant univers écossais en m'attaquant au premier livre, et quel pavé ! Et dire qu'il y en a à ce...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

La Horde du contrevent
Gwen21
3

Critique de La Horde du contrevent par Gwen21

Comme je déteste interrompre une lecture avant le dénouement, c'est forcément un peu avec la mort dans l'âme que j'abandonne celle de "La Horde du Contrevent" à la page 491 (sur 701). Pourquoi...

Lire la critique

il y a 8 ans

57 j'aime

24

La Nuit des temps
Gwen21
10

Critique de La Nuit des temps par Gwen21

Je viens d'achever la lecture de ce petit livre qu'on me décrivait comme l'un des dix livres de science-fiction à lire dans sa vie sous peine de mourir idiot. Je viens d'achever la lecture de ce...

Lire la critique

il y a 9 ans

50 j'aime

10

La Disparition de Stephanie Mailer
Gwen21
1

Critique de La Disparition de Stephanie Mailer par Gwen21

Jusqu'à présent, de Joël Dicker, je ne connaissais rien ou plutôt pas grand chose, c'est-à-dire le nom de son premier roman "La vérité sur l'affaire Harry Quebert". Depuis cette parution...

Lire la critique

il y a 4 ans

28 j'aime

7