Un brillant cauchemar historique

Avis sur Le Complot contre l'Amérique

Avatar Alexandre Katenidis
Critique publiée par le

Effroi : en 1940, Roosevelt, qui brigue son troisième mandat est battu par Charles Lindberg, républicain compréhensif avec le IIIème Reich, ce qui va s'empirer au cours de son mandat, avec une instrumentalisation des Juifs en sa faveur, puis une sorte de chasse, à l'extrême fin de l'ouvrage, concomitamment à l'engagement formel des Etats-Unis avec les puissances de l'Axe.
La famille Roth est fortement secouée par ce mandat tonitruant, le cousin de Philip s'engage au sein des troupes canadiennes, pour soutenir les alliés, et en revient avec une moitié de jambe en moins, son frère se rapproche de Lindberg, ainsi que sa tante qui se marie avec un rabbin qui est le grand conseiller du Président controversé, et qui a participé à sa campagne.

Il est exposé de manière brillante, comme à l'habitude de l'auteur, la sociologie des Etats-Unis de son enfance, des suspicions et des rancunes, comme le rappelle si bien Jules. Ce scénario-catastrophe fait écho au Patriot Act. Les risques de l'histoire se répètent, avec le pire en ligne de mire.

Certes, comme il est indiqué dans la critique principale, l'auteur se met toujours en avant dans ses romans, mais, comme cela s'inscrit toujours dans un contexte socio-politique exposé de manière passionnante, ça passe, à la manière de Woody Allen. Il parle aussi de sexe, c'est vrai, mais ça n'en est presque pas le cas dans ce roman.

Ce roman d'histoire politique-fiction est très prenant et se lit d'une traite, malgré un volume assez ample. C'est mon genre de littérature ; c'est aussi une question de goût, en tout cas de prédisposition.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 106 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Alexandre Katenidis Le Complot contre l'Amérique