Avis sur

Le Comte de Monte-Cristo par renardquif

Avatar renardquif
Critique publiée par le

-Ayant lu toute l'oeuvre de Céline et de Proust; je croyais bien, stupide et arrogant comme je l'ai toujours été et comme je le suis encore, tout connaître sur la littérature et sur l'art de composer des phrases qui ne soient pas trop embêtantes ni trop ennuyeuses pour leurs lecteurs. Ce fut sans crier gare que le fantôme de Monsieur Dumas débarqua dans ma vie une nuit d'Automne telle la feuille morte qui caractérise cette saison et dont Renoir, ce subtil observateur, a assuré que le Seigneur n'en dessine pas dans la nature seulement deux qui eussent été, vues de très près, autre chose que très grossièrement identiques. C'est alors que ce spectre et qui répondait au doux nom charmant d'Alexandre, après m'avoir dévisagé pour juger de mon intellect qu'il ne dût pas trouver de si gracieuse augure puisqu'il émit une moue tout à fait peu rassurante à mon encontre, me déclara sans ambages et sûr de son fait :

"Tu-tu-tu-tu-tut... Calme-toi petit gamin. Lis ça plutôt et épargne-moi les sornettes que professent toutes les jeunes gens, et qui sont légions parmi les ignorants de ton âge, qu'ils soient rustres ou volages, et dont le temps n'a pas encore moulé ne serait-ce que les principaux premiers rudiments du savoir-vivre. Je te convie donc, cher imbécile de boute-en-train, à étudier mon oeuvre géniale tout en t'invitant à nous épargner les opinions que comme un fou nuit et jour tu élabores dans ta caboche étrange si ce n'est toquée, le plus souvent possible du moins, afin de ne plus emmerder tes semblables, et de devenir peut-être un jour un adulte, qui sait, si toutefois Monsieur Godard a tort quand il dit que le fond de tout est qu'il n'existe point de grande personne, ce qui n'est pas -après tout- si impossible que cela, aussi saugrenue que cette idée anormale et aux profondeurs délirantes en eût l'apparence." ... Je ne pus réagir alors sur l'instant à cet extravagant pensum puis, me jetant aux pieds de l'apparition -qui du reste n'en avait pas, mes joues toutes baignées de larmes, j'eus toutefois et Dieu merci la présence d'esprit de fournir une réponse adaptée aux dispositions abruties où je fusse alors et où j'allais demeurer depuis :

"Cimer chef putain..." ^^

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 187 fois
2 apprécient

Autres actions de renardquif Le Comte de Monte-Cristo