👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Nouvelle littérairement riche mais trop descriptive pour lui valoir une bonne note donc 5. Le 6, c'est pour cette profonde émotion que l'auteur a su faire traverser au lecteur chapitre XLIV. Quant au fond du texte, il n'est pas ce qu'on pourrait appeler un plaidoyer contre la peine de mort. D'ailleurs, le condamné n'est personne, dès le chapitre I, il n'est qu'un fantôme ; on s'attend dès lors à un texte profondément sentimental et totalement dénué de rationalité. Si le texte n'est nullement une argumentation qui étaye l'absurdité de la peine de mort, il ne provoque pas non plus la moindre empathie pour un personnage aussi vidé de toute individualité. Ce texte semble plutôt être justement l'opposé de ce qu'il était censé défendre. L'individu se dépossède de son humanité lorsqu'il commet un crime et c'est ce qui est mis en avant tout le long de la nouvelle derrière ce criminel inconnu. Le narrateur lui-même se dit plus enclin à la mort qu'au forçat, il n'a lui-même pas d'empathie. Le long chemin spatio-temporel jusqu'à la place de Grève est plus une torture que la mort elle-même. Le crime de la justice, ce n'est pas de tuer des êtres humains, c'est de les enfermer, de les torturer.

kaireiss
6
Écrit par

il y a plus d’un an

Le Dernier Jour d'un condamné
LeChiendeSinope
9

Un violent plaidoyer.

Légers spoilers ! Lorsqu'il se met à écrire Le Dernier Jour d'un Condamné, Hugo a seulement 27 ans. Il est pourtant, déjà, un grand nom de la littérature de l'époque, l'auteur de deux romans, de...

Lire la critique

il y a 12 ans

27 j'aime

3

Le Dernier Jour d'un condamné
Vincent_Ruozzi
8

Condamné à mort !

Le livre commence sur cette sentence, brève, précise, irrévocable. Qui ne serait pas habité par une envie de vivre, jusqu’à présent jamais aussi forte, suite à cette terrible condamnation? Cette...

Lire la critique

il y a 7 ans

26 j'aime

Le Dernier Jour d'un condamné
Noss
5

Critique de Le Dernier Jour d'un condamné par Noss

Réquisitoire engagé et louable contre la peine de mort, néanmoins un peu malhonnête. Hugo présente un personnage dont on ne dit pas le crime, de sorte que pour le lecteur, il n'existe pas. C'est...

Lire la critique

il y a 9 ans

23 j'aime

14

Lettre d'une inconnue
kaireiss
1

Stéréotype d'une inconnue

Cette nouvelle n'est pas seulement d'une médiocrité absolue à tous les niveaux : style, phrase, récit. Elle est surtout un stéréotype de la mièvrerie présupposée de la femme. Cette lettre est encore...

Lire la critique

il y a plus d’un an

3 j'aime

1

Le Droit à la paresse
kaireiss
4

La critique du droit à la paresse par Reiss

Dans son essai fort bien écrit, Paul Lafargue nous enjoint à la paresse, ou plutôt au rejet du travail. Pour se convaincre du vil aspect du travail, il n'hésite pas à convoquer la haute philosophie...

Lire la critique

il y a 6 mois

2 j'aime

1

Discours de la servitude volontaire
kaireiss
3

Sophismes, anecdotes et digressions

Un titre génial pour un contenu si pauvre, si approximatif, si faux. Une impression que La Boétie n'est qu'un de ces fameux compilateurs, qui n'a rien inventé, ni même jamais rien pensé, mais que...

Lire la critique

il y a 8 mois

2 j'aime

2