Heureux qui, comme Geralt, a fait une belle chasse...

Avis sur Le Dernier Vœu

Avatar ⛧ Endymion  ⛧
Critique publiée par le

-Critique de l'intégrale de la Saga-

Mutant au regard d'acier, chasseur de monstres au coeur à peu près bon, craint, conspué, traquant, chassé, désabusé, tentant sans cesse de garder sa neutralité pour à chaque fois s'engager dans des causes perdues d'avance. Qui était donc le sorceleur Geralt de Riv, parcourant, avec pour compagnon le trouvère Jaskier, un monde où la délicatesse d'une rose peut rapidement se mêler à l'immondice du purin ?
Ce sont plus ou moins les amours et les aventures de cette version plus Hard-Boiled et moins maléfique d'Elric le melnibonéen que le polonais Andrzej Sapkowski narre en sept tomes, dont deux recueils de nouvelles dressant une ébauche de l'univers et de la plupart des principaux personnages, et cinq romans : dans son ragoût il va mettre tout plein d'influences diverses et bien digérées si l'on y réfléchit posément : du Tolkien, du folklore Slave, un bestiaire précis, varié et décrit de manière quasiment scientifique, des bastons à l'épée (mais pas que) graphiques et succulentes à lire, des intrigues complexes étendant leurs ramifications un peu partout, tissant, mêlant et malaxant de la géopolitique, une vague prophétie aux allures d'apocalypse givrée, des chasses au monstre, des voyages inter-dimensionnels...le compte est bon, je crois.

Mais souvenez-vous bien que Sapkowski ne vous convie pas à un séjour à Disneyland, ici, c'est de la Fantasy Noire qui sue des burnes et qui met des heures à agoniser quand elle se prend un carreau d'arbalète dans les boyaux. Où l'on dit que yep, tuer est une chose horrible, mais que si tu te mets en travers de la route de Geralt quand il voudra sauver sa fille adoptive Ciri, Geralt il hésitera pas à t'éclater le crâne avec son épée de sorceleur. Mi-optimiste, mi-désespéré, le monde dans lequel vadrouille Geralt sera bientôt la proie du saccage et du carnage. Et nombreux, elfes renégats comme condottieres, lansquenets mobilisés de force comme chevaliers rompus à la bataille, seront ceux qui se livreront à cet étripage digne de la Guerre de Trente Ans.

Alors oui, la fin est pour le moins précipitée, les scènes de sexe ne sont parfois pas nécessaires, mais les discussions spirituelles parsemant le récit sont savoureuses et remplies à ras bord de gouaille et de punchlines, la narration non-linéaire ingénieuse, les personnages crédibles et faillibles, et l'histoire dense sans pour autant être indigeste. La saga du Sorceleur, guerrier marginal à la fois cynique et idéaliste, est belle et poignante. Et elle mérite d'être lue.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 282 fois
9 apprécient

⛧ Endymion ⛧ a ajouté ce livre à 5 listes Le Dernier Vœu

Autres actions de ⛧ Endymion ⛧ Le Dernier Vœu