👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Ce n'est pas facile d'enter dans ce roman, et pourtant 15 ans après sa parution, sa lecture demeure vitale, tant l'auteur à eu le nez creux : Tous les sujets qu'il aborde avec plus ou moins de sensibilité se retrouvent projetés sur le devant de la scène scientifique et politique d'aujourd'hui.

Autant vous prévenir dès maintenant, ce billet risque de spoiler indifféremment dans tous les sens.

Quelques critiques le comparent à tors à la Horde du Contrevent, ce que je trouve totalement irréfléchi tant on a, avec le Fleuve des Dieux, un ensemble cohérent d'un futur possible, un ouvrage de hard SF documenté à l’extrême tant du côté des traditions indoues que des nouvelles technologies, et surtout de leur impacte social et culturel dans un monde qui oscille entre le chaos total et l'ordre suprême. Dans ce roman, les buchers mortuaires somptueux côtoient les prélèvement de cellules souches fœtales, les rituels de purifications se confondent avec des opérations chirurgicales pilotées à distance par des robots-prothèses dans des cuves nutritives, des intelligences artificielles aux noms de divinités sont cultivées dans des palais labyrinthiques transformés en serveurs illégaux, et des mondes virtuels viennent bousculer le monde réel par le biais de fictions bollywoodiennes.

Mais le pire (ou le meilleur) de toute cette affaire, c'est que Ian McDonald sait où il va. Il ne sait tellement bien qu'il se permet détonantes digressions, très bien traduites par ailleurs, en racontant toute son épopée au travers des vies insignifiantes d'individus qu'on pourrait qualifier de lambda à première vue.

Ceux qui critiquent la faible différence des tons employés pour chaque récit sont abonnés au spectaculaire : chaque protagoniste possède son vocabulaire, sa propre grammaire occulte, soluble dans la lecture, mais qui insuffle parfaitement dans le récit des rappels bienvenus à tel ou tel personnage

La seule ombre à ce tableau est peut être l'étalage d'une sexualité parfois un peu trop voyeuriste, ainsi qu'une fin douloureuse qui tente de réconcilier toutes les intrigues simultanément, là où une fin douce-amère aurait pu tout aussi bien fonctionner.

BasileValentin
8
Écrit par

il y a plus d’un an

Le Fleuve des dieux
Rasp
3

ou : Le roman-fleuve odieux

Lauréat du British Science Fiction Award, Grand Prix de l'Imaginaire, ce livre de plus de 800 pages risque de décrédibiliser des récompenses dédiées aux littératures de l'imaginaire qui ont...

Lire la critique

il y a 8 ans

3 j'aime

Le Fleuve des dieux
AlainStarman
7

Un voyage laborieux mais utile

Ce roman fleuve, descriptif à l'extrême, nous plonge au coeur de la chaleur étouffante de Vârânacî, dans les méandres de la cité de pouvoir et de vice. Ian McDonald se sert habilement du panthéon...

Lire la critique

il y a 6 ans

2 j'aime

Le Fleuve des dieux
Kliban
7

Fureurs indiennes

Je découvre ce livre au moment même où je suis en train de comprendre certaines de mes façons de lire. On lui reproche des personnages à la truelle et d'un relief homogène. Ce n'est pas faux, mais...

Lire la critique

il y a 8 ans

1 j'aime

L'Oreille bouchée - Les Vieux Fourneaux, tome 6
BasileValentin
5

La lutte finale de trop

La série prend de l'aile dans le plomb depuis le tome 4, et ne crée pas de surprise pour ce sixième tome : on suit encore les aventures hors sol des trois grabataires dans une mission saucissonnée à...

Lire la critique

il y a plus d’un an

6 j'aime

Room With a View
BasileValentin
3

La musique des jingles d'Arte

Le cinquième album de Rone (sans compter les EPs) confirme que le compositeur a trouvé une super recette à répéter inlassablement depuis Bye Bye Macadam : des nappes toutes douces comme du coton bio,...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime

Color Out of Space
BasileValentin
8

La vie à la campagne

La plupart des adeptes de lovecraft argumentent toujours qu'il est difficile de faire un film basé sur ce que l'auteur arrivait parfaitement à décrire, c'est à dire l'indescriptible. Dans "La...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime