Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Nietzsche ce grand fou.

Avis sur Le Gai Savoir

Avatar Kyslegion
Critique publiée par le

Nietzsche évoque des points assez intéressants et drôles dans "le Gai savoir".
Qu'il s’agisse de la mort de dieu, le surhomme, l'élitisme, la servitude, les vertus, la superficialité, la jalousie des "ignorants" ou encore sa misogynie (euphémisme, c'est culte et assez fun à lire dans le genre "fait moi un sandwich" ou "pervertis-moi grande folle").
Une chose transpire assez souvent du gai savoir, la notion d'élitisme voir de surhomme d'après Nietzsche.
Il y décrit des hommes guerriers sans peur, avides de connaissances destinées à révolutionner les idées et les comportements sociaux, des hommes intelligents et braves que le monde des gens simples d'esprit ne pourrait comprendre et qu'ils persécuteraient de par leur intelligence (il se fait assez plaisir dans les images de persécutions)
Il y aborde aussi un autre point, la femme. ( https://www.youtube.com/watch?v=7L96ddhO5WM ) décrit celle-ci ainsi que le mariage comme sources d'affaiblissement de l"homme, l'amour comme un instinct de propriété et de domination.
La femme se donne et l'homme prend. (culte la manière évoquée dans le livre que j'ai oublié)
Des instincts transformés en vertu en somme.
Nietzsche défini les vertus comme passions, source de dérèglement sociétal, intéressés et faux, des masques que l'on se forge et que l"on croit, ayant pour seul but la tromperie des instincts.
Les valeurs actuelles de nos sociétés sont le travail et la prospérité, ceux répondant positivement à ses valeurs sont reconnus, valorisée, glorifiés.
La glorification de tels individus que l'on n'aura de cesse de conforter, d'enrichir, d'applaudir pour leurs bienfaits envers la société,en réalité n'en seront que les esclaves privés de tout réel plaisir de la vie,perdant leur intégrité, imagination, essence dans le travail.
Les valeurs et morales naturelles de l"homme y sont décrites en perdition au détriment d'une morale fausse, contre nature (https://www.youtube.com/watch?v=F5HIkZJaHj0 féminisme), la loi du plus faible au détriment du plus fort.
Il y évoque aussi une écriture complexe d'esprit conçu comme tel afin d'empêcher l'accès à ses textes (tout comme d'autres auteurs d'après lui) aux hommes stupides, mais compréhensible à ceux qui en posséderaient les capacités et seraient en mesure d'en tirer le maximum (il a l'air sympa Nietzsche et tout à fait égalitaire) que de ce fait les idiots incapables de telles "prouesses" ou même d'abstractions, ne seraient que des esprits vengeurs blessés dans leur petitesse prétextant des logiques stupides afin de prouver leur supériorité sur les êtres réellement supérieurs (choses beaucoup plus abordées dans "ainsi parlait Zarathoustra").
L'être supérieur, ultime même, y est présenté comme mort-né, fruit de notre imagination qu'il faudrait cessé de penser et croire, que l'univers n'est pas un être vivant et que de se fait, l'homme est bel et bien seul face au silence cosmique, mais qu'après tous ce n'est pas plus mal.
Le Gai savoir est un livre absolument joyeux (demi-troll), la seule (ou pas) chose que l'on pourrait reprocher au livre, ce serait l'absence de fil conducteur, car après tout l'on pourrait très bien ouvrir le livre au hasard et le commencer que celui-ci resterait compréhensible.
Nietzsche aborde ce livre avec une certaine poésie assez plaisante à lire à vrai dire ,certains passages sont trollesques (j'invente des mots, ou pas) notamment les passages sur les femmes, bien que certains passages soit véridiques, d'autres très drôles à lire sont remplit de misogynie, ce qui laisse (fin, j'en suis sur) presque penser que ce livre n'est pas adressé aux femmes, mais aux surhommes, qui je pense (à tord peut-être ?) ont un peu (juste un peu) influencés certains hommes adeptes d'un moustachu allemand.
Ayant déjà lu "Ainsi parlait Zarathrousta" avant le gai savoir (fion que je suis) cette notion du surhomme chez Nietzsche est très importante, surtout son rapport avec le monde extérieur fourmillant d"ignorant et de simples d’esprit, laisse présager des choses intéressantes et nouvelles venant des surhommes voués à une courte vie malgré eux (https://www.youtube.com/watch?v=wuIpX6m5W3w allégorie de la caverne like).
De ce fait, ils devraient guider le monde, l'éclairer même (les nazis arrivent,fuyez pauvre fou).
Nietzsche est couillu dans ses propos et assez convainquant sur certains points.
Je comprends désormais sont influence sur le monde de la philosophie et je pense en conséquence (je résiste à l'envie de faire le rapport gay et misogynie dans ce livre), c'est un très bon livre néanmoins.
Sur ce, Aurore.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 597 fois
2 apprécient

Autres actions de Kyslegion Le Gai Savoir