👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

En refermant ce livre, après quelques jours de lecture acharnée, je suis déçu, vraiment déçu. Je ne veux pas écrire une critique pour le plaisir de flinguer le livre, mais plutôt parce que je ressens le besoin d'expliquer ma note. Donna Tartt est une conteuse de talent, et je pense que son roman a plusieurs grandes qualités.
Tout d'abord l'ambiance, c'est évident, l'auteur arrive à nous installer dans une attente et un confort de lecture qui sont rarement compatibles. Cette ambiance c'est celle du tableau de Gérôme auquel on pense immédiatement lorsque Henri prononce pour la première fois: "consummatum est". Les thèmes du romans avaient tout pour me plaire, le grec ancien, le dandysme, la vie universitaire...etc etc. Les descriptions sont très bien maîtrisées et l'aspect psychologique des personnages très bien fouillé. Enfin c'est un roman qui va quelque part, là où certainement on ne l'attend pas vraiment, mais il propose une nouvelle version très imparfaite à mon sens, nous verrons pourquoi, de la tragédie. Tout le long du livre le fatum pèse sur le personnage narrateur et sur le groupe d'amis, et la fin lamentable, dans cette chambre d'hôtel fait évidemment penser à une pièce du théâtre de Sophocle ou de Racine...
Malgré ces qualités, j'ai été pour ma part très déçu, au point d'avoir même pensé avoir perdu mon temps dans la lecture de ce pavé de 705 pages... ce qui n'est évidemment pas vrai, car après réflexion, je suis content de l'avoir tout de même lu. Mais quel manque d'efficacité, que de longueur en deuxième partie de livre. J'ai bien aimé la première partie du livre, malgré une traduction bâclée et quelques longueurs, je lui ai trouvé un charme et une aura qui venait sûrement du fait que j'en attendait beaucoup.... Beaucoup trop finalement, car de nombreuses interrogations restent sans réponse, et l'intrigue principale me paraît peu vraisemblable. le meurtre de Bunny ne me paraît pas "vraisemblable" et ce en termes de dramaturgie classique. Les motivations des personnages, l'intrique ne rend pas à mon sens "nécessaire" ce meurtre. On attend des motivations profondes, des secrets bien gardés, une implication de Julian, baisé sur la joue par Henri, on attend une histoire incroyable, mais vraisemblable et l'on a qu'un dénouement sûrement réaliste mais décevant; et peu vraisemblable donc...
Encore une fois, il semble bien que la critique a surévalué un roman contemporain. Certes, il est bien écrit mais il ne révolutionne en rien la littérature américaine...
En définitive, le roman laisse le lecteur habitué aux chefs d’œuvre de la littérature sur sa faim, et on a la sensation désagréable que tout n'est vraiment pas consommé...
Centauremalin
6
Écrit par

il y a 8 ans

11 j'aime

3 commentaires

Le Maître des illusions
rivax
9

Critique de Le Maître des illusions par rivax

Ce livre n'est pas un thriller et il ne faut pas non plus y voir un murder book croustillant. C'est un roman noir. Le crime est connu dès la première page, il survient à la moitié du roman, point...

Lire la critique

il y a 11 ans

13 j'aime

7

Le Maître des illusions
Centauremalin
6

NON CONSUMMATUM EST!

En refermant ce livre, après quelques jours de lecture acharnée, je suis déçu, vraiment déçu. Je ne veux pas écrire une critique pour le plaisir de flinguer le livre, mais plutôt parce que je ressens...

Lire la critique

il y a 8 ans

11 j'aime

3

Le Maître des illusions
Coriolano
5

Déception

Ma lecture remonte à quelque temps déjà mais je n'ai pas un très bon souvenir. Classiquement alléché par de trop bonnes critiques, je n'ai pas trouvé le livre à la hauteur. L'histoire est pas mal...

Lire la critique

il y a 12 ans

7 j'aime

4

Léon Morin, prêtre
Centauremalin
9

Liberté des enfants de Dieu et amour de la vérité.

On peut évidemment faire beaucoup de reproches au septième film de Jean-Pierre Melville, on peut trouver des défauts de montage, d'enchaînements peu convaincants, on peut même penser que certaines...

Lire la critique

il y a 5 ans

10 j'aime

5

Boulevard du crépuscule
Centauremalin
9

WE DIDN'T NEED DIALOGUE. WE HAD FACES!!!

Un pur chef-d'oeuvre! Une telle synesthésie pour un film qui évoque la fin du cinéma muet, c'est paradoxal et sublime! Ce film m'a profondément troublé. Il ne parle pourtant que de choses assez...

Lire la critique

il y a 4 ans

3 j'aime

2

Jeux interdits
Centauremalin
7

Moesta et errabunda

C'est Charles Baudelaire qui écrit dans ce poème: "Mais le vert paradis des amours enfantines, Les courses, les chansons, les baisers, les bouquets, Les violons vibrant derrière les collines, Avec...

Lire la critique

il y a 8 ans

3 j'aime

1