Parce qu'un homme ne naît pas dans un flacon

Avis sur Le Meilleur des mondes

Avatar TueReves
Critique publiée par le

Aldous Huxley, lui-même, avait tout d'abord prédit que cette société dont il imagine le fonctionnement existerait dans une centaine d'années. Puis quelques temps après la première publication de son livre , il abaisse ce nombre d'années à quinze, gageons donc qu'aujourd'hui c'est chose faite, nous vivons dans le Meilleur des mondes!

Quelle magnifique anticipation, quelle clairvoyance et quel génie! Huxley, outre de dépasser l'imagination du chemin que pourrait suivre notre monde, apparaît comme un véritable ethnologue de notre société actuelle. Choquant, terrifiant? Oui tel est ce que nous vivons!

L'auteur a, au fil de son livre, ingénieusement pensé les mécanismes qui pourraient nous faire basculer dans un monde sans heurts, sans maux, un monde passablement vide...
La drogue, une science infiniment puissante pour combattre la vieillesse, l'absence sensible de différence entre les individus, l'inexistence de liens affectifs, la sexualité puissamment débridée, la censure sont tant de moyens pour permettre aux élites qui dirigent ce monde d'arriver à une société méticuleusement hiérarchisée et pensée. Et ne serait-ce qu'aller à l'entrave de ces moyens implique pour chaque homme le processus d'humanisation tant redouté. Lorsque l'homme se ressent différent, il est un danger, lorsque l'homme développe le sentiment amoureux, il est nuisible, mais il est homme.

En fait, je crois qu'à la lecture de ce livre, ce n'est plus un simple constat affolant qui nous est dressé mais c'est un véritable appel à l'espoir, à la révolte, parce que même dans ce meilleur des mondes, il subsiste encore des hommes et que sur Terre même s'ils sont ou seront peu nombreux pour les années à venir, leur présence permettra de soutenir le combat d'un monde meilleur mais pas celui du meilleur des mondes.

Alors si vous vous inquiétez de la société dans laquelle vous évoluez, ce n'est pas si grave. Certes vous naviguez en territoire étranger, vous ne vous plaisez pas dans ce qui vous entoure mais vous êtes et resterez un homme. Huxley délivre un de ces messages qui vous font vivre, qui vous donnent des raisons de rester sur Terre parce qu'aujourd'hui, encore plus, nous avons tous besoin d'être homme et je crois bien que ce meilleur des mondes ne subsistera et ne s'affirmera pas si chacun délivre un message rempli de tendresse, de compréhension, d'amour et d'égalité envers son semblable.

Mais on peut également lire ce livre comme une certaine mise en garde, notamment à l'égard des émancipations que nous vivons-une sexualité libérée, une foi délaissée et des hommes qui s'affranchissent- de façon croissante ne se révèlent-elles pas être les prémisses, justement, de la chute de notre Humanité ? C'est l'une des questions fondamentales à se poser ! Quel serait notre monde si nous étions tous égaux, si chacun bénéficiait de droits communs ? Quels sont les rôles de l'Etat et de la primauté que ce dernier met en place sur les individus qu'il dirige ? Tant de questions sur notre monde et son évolution...

Je partage ainsi un extrait, qui me semble, caractériser de façon très juste l'essence même du livre. Cet extrait est issu du dialogue qui s'instaure entre le sauvage qui vient d'être arrêté et qui ne croit pas en cette société et entre un des dirigeants de ce monde, Mustapha Menier.

« -Mais je n'en veux pas du confort. Je veux Dieu, je veux de la poésie, je veux du danger véritable, je veux de la liberté, je veux de la bonté. Je veux du péché.
-En somme, dit Mustapha Menier, vous réclamez le droit d'être malheureux.
-Eh bien, soit, dit le Sauvage d'un ton de défi, je réclame le droit d'être malheureux.»

Ainsi, hommes qui lisez ces lignes, n'oubliez jamais que chaque sentiment, quel qu'il soit, s'inscrit dans la construction de votre être, que ce que vous vivez est de manière immédiate retranscrit en vous comme une expérience enrichissante. Enfin, n'oubliez pas tous les sentiments que vous cachez,enfouissez car eux aussi sont humains, et que votre humanité doit être le fer de lance de notre société pour encore de nombreuses années.

Ces quelques phrases, Huxley aurait pu simplement les écrire, mais il a été encore plus brillant en écrivant Le meilleur des mondes et je l'en remercie.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2648 fois
33 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de TueReves Le Meilleur des mondes