👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ma lecture tardive de Brave New World, classique de l'anticipation rédigé par Aldous Huxley en 1931, m'aura laissé perplexe. Pas nécessairement sur la qualité du bousin (quoique) mais surtout concernant les divers éléments qui constituent la réussite d'une oeuvre littéraire et leur importance. Doit-on privilégier l'histoire en elle-même ? Son message ? Les réflexions et les interrogations que cela soulèvent ? Un quelconque style ? Un dosage savant qu'il est extrêmement ardu d'obtenir, différenciant un travail prometteur mais bancal d'un chef-d'oeuvre incontestable.

Dans ses idées, Brave New World m'aura effectivement conquis. La vision de l'auteur d'une parfaite utopie construite sur les fondations d'une société où le totalitarisme ne serait plus subit mais bel et bien accepté comme allant de soit par une population conditionnée m'a réellement fasciné. Si, comme le reconnaitra plus tard Huxley, le roman passe à côté de données non-négligeables comme la puissance nucléaire, le miroir qu'il tend à notre société actuelle fait froid dans le dos, en faisant clairement une oeuvre prophétique.

Le cadre engendre ainsi un questionnement passionnant, tout comme l'est la confrontation d'un monde totalement anesthésié et incapable de jouir réellement de la vie, d'avoir une pensée spontanée, et d'un autre plus sauvage, moins rigide, mais finalement tout aussi contraint par ses propres lois et son environnement. Même la beauté et la poésie à laquelle il a accès conditionnera inconsciemment sa façon de penser et d'agir, le "héros" se cachant constamment derrière les vers de Shakespeare pour exprimer ses émotions.

Un fond riche, mais qui se voit malheureusement plombé par un récit sans aucune saveur, Aldous Huxley peinant à construire une histoire qui se tiendrait en tant que telle. A la différence d'un 1984, réussite aussi bien thématique que narrative, Brave New World ne parvient jamais à nous rendre ses personnages un minimum attachants, simples marionnettes ne servant qu'à illustrer platement le propos du philosophe.

Visionnaire quand il imagine un futur basé sur les maux de son époque, fascinant quand il pousse à la réflexion, Brave New World est cependant pénible quand il tente de raconter une histoire. Il est donc préférable de l'aborder comme un essai plutôt que comme un véritable roman pour l'apprécier à sa juste valeur.

Gand-Alf
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Readin' is sexy. et Lectures saines ou loin de l'être de 2016.

il y a 5 ans

38 j'aime

2 commentaires

Le Meilleur des mondes
VGM
6

Pas la meilleure des lectures

J'ai tellement de livres à lire, et tellement de classiques à emprunter à droite à gauche que je suis rentré depuis maintenant un bout de temps dans une phase où je n'achète presque plus de livres,...

Lire la critique

il y a 7 ans

59 j'aime

16

Le Meilleur des mondes
MrAmeni
4

Critique de Le Meilleur des mondes par MrAmeni

Comment tomber dans le piège du "classique" en 1 leçon… Le livre m’étant littéralement mis entre les mains, j’ai enfin pu commencer Le meilleur des mondes. Grande réputation, souvent cité au même...

Lire la critique

il y a 8 ans

53 j'aime

3

Le Meilleur des mondes
EvyNadler
7

La liberté c'est l'esclavage.

Est-ce que "Le meilleur des mondes" est véritablement une dystopie ? Une utopie renversée qui tendrait vers le chaos, l'esclavage et l'absence de bonheur ? Car la question qui se pose est beaucoup...

Lire la critique

il y a 7 ans

45 j'aime

16

Gravity
Gand-Alf
9
Gravity

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

Lire la critique

il y a 8 ans

264 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9
Interstellar

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

Lire la critique

il y a 7 ans

246 j'aime

13

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

Lire la critique

il y a 7 ans

206 j'aime

25