Avis sur

Le Parfum par ngc111

Avatar ngc111
Critique publiée par le

Récit d'une quête aux funestes atours, Le Parfum nous met sur sur les traces de Jean Baptiste Grenouille, jeune homme né dans la crasse et le dénuement le plus total et doté d'un sens olfactif tellement développé qu'il prend les allures d'un pouvoir magique. Cette capacité va lui permettre d'évoluer professionnellement au sein de la ville de Paris (dans un premier temps) et de satisfaire à son ambition secrète, qui sera dévoilée progressivement au fil de l'histoire, ce même si un élément déclencheur interviendra pour mettre en branle le macabre destin de cet étrange être humain.

Car le personnage n'a rien d'attachant ni de réellement complexe, c'est un homme qui ne ressent aucune émotion en dehors de celles provoquées par son sens olfactif ; et encore ne s'agit-il pas vraiment d'émotions mais juste d'un éveil des sens plus profond et plus intense que ce que ressent un individu lambda. C'est un esprit simple, solitaire mais qui saura se montrer manipulateur et vicieux au fils des pages. Son évolution se fait par petites touches mais toute cette froideur pourra atteindre le lecteur qui en ressentira de même pour ce monstre invisible.
Car Grenouille est invisible pour le reste de la population, symbole de l'homme pauvre et abandonné dans ce qui pourrait constituer une fable sociétale, et va essayer à travers sa quête d'exister aux yeux des autres même si ce but n'est pas explicite pour le personnage lui-même. Et cela va l'amener à faire des choses horribles, dans un monde puant et tout aussi détestable sur bien des aspects.

Tout cela est intéressant, lancé par un début prometteur et porté par un récit original, même si on l'a dit le personnage ne présente pas assez d'aspérités pour que le lecteur s'y accroche sur quelques centaines de pages. Mais l'écriture de Süskind (ou la traduction ?) déçoit par moments, le style se révèle un peu chiche alors que le vocabulaire tournant logiquement autour des senteurs, parfums et sens fait quant à lui montre d'une richesse plus qu'acceptable. Certaines phrases sonnent bizarrement (je n'ai malheureusement plus d'exemples en tête, j'aurai dû les relever) et gâtent quelque peu la lecture, tout comme certaines séquences qui ralentissent le récit, le passage dans la montagne après la fuite de Paris notamment, sans apporter assez de matière au personnage de Grenouille pour compenser la baisse de rythme. Très dommage dans un livre aussi court.
Et puis la fin pourra laisser perplexe tant elle sombre quelque peu dans le grand guignolesque, avec un excès de zèle dans le fantastique qui se joue à quitte ou double. Cela fonctionnera ou pas selon les lecteurs.

Je n'ai pas ressenti à la lecture, cette impression d'être devant un chef d’œuvre (par l'écriture assez faible pour ma part) ni même devant un récit de grande qualité (par les baisses de rythme et le personnage qui laisse vite indifférent) ; Le Parfum reste une histoire honnête pas désagréable à lire la plupart du temps mais qui ne convainc pas entièrement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 301 fois
1 apprécie

ngc111 a ajouté ce livre à 1 liste Le Parfum

Autres actions de ngc111 Le Parfum