Avis sur

Le Parfum par Enlak

Avatar Enlak
Critique publiée par le

C’est une histoire insolite que nous raconte ici Patrick Susking.
Un homme sans odeur, mais au nez à la sensibilité hors du commun, c’est en effet sur ce concept irréaliste que l’histoire commence.

La vie de Grenouille –nom aussi insolite que le personnage- n’est décidément pas comme les autres. Rejeté depuis la naissance, trimballé de refuge en refuge, malgré des conditions très précaires il est toujours parvenu à survivre, au détriment des personnes qui le côtoient comme s’il paraissait se nourrir d’eux. C’est que dans son monde fait d’odeur, la compassion humaine n’a pas sa place. L’homme non plus d’ailleurs, ce n’est qu’un grossier assemblage de fragrances même pas agréables au milieu d’une variété quasi infini qui peuplent le monde. Quand on sait qu’il utilise des excréments et du poisson pourri pour reconstituer une odeur humaine, ça en dit long…
Ce royaume accessible seulement par lui, il entend bien se l’approprier, s’y construire un empire. Ces mondes olfactifs crées mentalement qui n’existent que dans son esprit, il s’est donné comme objectif de les matérialiser, leur donner enfin une existence concrète.
Il est aussi le seul à avoir conscience de l’effet qu’à une odeur sur les hommes, la façon dont elle les touche au plus profond, alors que ce sens est d’ordinaire ignoré par le commun des mortels.
On suit donc son étonnant périple des premiers pas dans une parfumerie, à sa maîtrise tant recherchée des nuances olfactives. Car après tout, de monstre à dieu vivant, ce n’est qu’une question de fragrance.
Un formidable pouvoir qui se retrouve en sa possession, qui lui permettrait d’exercer un pouvoir incontestable sur ses semblables, sauf que cet être a un esprit particulier : il déteste la race humaine… Comment supporter dès lors d’être adulé par des créatures que l’on ne supporte pas ? Comment conjuguer ses ambitions et son dégout ?

Dans son parcours il rencontre des personnes insolites, un vieux parfumeur imbu de lui-même qui vit dans sa gloire passée, incapable de ne plus rien sentir ; un noble qui s’est mis en tête de révolutionner la science, en formulant des théories plus farfelues les unes que les autres…

Nul sympathie pour cet être pour qui le meurtre n’est qu’un moyen comme un autre d’arriver à ses fins, mais nul antipathie non plus, tant la singularité de son histoire, et aussi son côté purement improbable, suscite notre curiosité, nous incite à suivre son périple pour voir comment son histoire va se terminer.

Un vocabulaire étonnement recherché sur le monde des odeurs, des plus raffinés aux plus courantes, naturelles ou artificielles, bonnes ou mauvaises. C’est une manière assez inédite de décrire le monde, qui ne pouvait être raconté que dans un livre. A voir maintenant comment s’est débrouillée la version film…

Un récit étonnant, parfois surprenant ou absurde, raconté avec un humour certain, souvent noir, teinté d’une savoureuse ironie. Une maîtrise littéraire incontestable pour un livre qui se lit aisément.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1170 fois
5 apprécient

Autres actions de Enlak Le Parfum