Avis sur

Le Pique-nique des orphelins par jerome60

Avatar jerome60
Critique publiée par le

Début des années trente à Minneapolis. Jude, Karl et Mary sont abandonnés par leur mère au cours d’une fête foraine. Jude, encore nourrisson, est enlevé sur le champ de foire par un couple en mal d’enfant. Karl et Mary, âgés respectivement de 14 et 11 ans, décident de rejoindre en train Argus, dans le Dakota du Nord, où leur tante Fritzie et son époux tiennent la seule boucherie de la ville. Karl se perd en chemin et Mary est la seule à arriver à destination…

Ce second roman de Louise Erdrich, publié à l’origine en 1986 sous le titre « La branche cassée » et proposé ici dans une nouvelle traduction, est une saga familiale s’étendant sur plus de quarante ans et trois générations. Chronique plus amère que douce, Le pique-nique des orphelins met en scène une galerie de personnages ayant pour point commun d’être tous, à leur manière, plus ou moins antipathiques. Mais finalement peu importe, le plaisir du lecteur est ailleurs, notamment dans une narration chorale à la Faulkner où se déploient, au fil des points de vue, les affres d’existences malmenées par de forts courants contraires. Des protagonistes plein de maladresse et de ressentiments, incapables d’aimer, enchaînant les rendez-vous manqués et les désillusions dans ce petit bout d’Amérique profondément rurale dont ils ne sortiront jamais.

Louise Erdrich dresse le portrait d’une famille éclatée où chacun, tout en s’accrochant aux autres, joue sa propre partition et accumule les fausses notes. Sans cynisme, avec une pointe d’humour noir, une écriture puissante et poétique, un art consommé des dialogues et de la mise en scène. Un roman ample, riche, ambitieux, violent et beau comme ces vies se déroulant de façon chaotique au fil des décennies.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 311 fois
2 apprécient

Autres actions de jerome60 Le Pique-nique des orphelins