jullius
jullius 20 juillet 2021


Le travail… c'est pas humain !


Comme l'a rappelé Hannah Arendt dans La condition de l'homme moderne, le propre de l'homme c'est l'action, un agir orienté, un agir qui pense. du travail à l'oeuvre, « il y a le passage de l'exigence de penser ce que nous faisons » disait-elle alors qu'elle était pleinement plongée dans sa réflexion sur le totalitarisme. La grande leçon du Procès d'Eichmann n'est-elle pas que le mal peut être fait sans y penser ?


Tel est donc le défi que pose notre civilisation industrielle : comment rester homme lorsque le travail est devenu central ? Car le travail, c'est l'asservissement, c'est l'aliénation, c'est la déshumanisation. Où homo faber est transformé en homo laborans ; où le travail rime avec labeur. Dans ce travail-là, point d'initiative, nulle autonomie, aucun enrichissement possible, ni en or ni en savoir : on pense pour vous la manière d'agir, alors qu'agir et penser devraient rester intimement liés. On chronomètre, on commande, on gueule des ordres. On méprise, on humilie, on rabaisse… Ils survivent les travailleurs, se distinguent peu des forçats. le travail dont ils dépendent pour vivre est un négation de la vie même : c'est une exécution !


L'essence du travail est indécence : il faut gagner sa vie en travaillant ! Et le travail n'est plus que nécessité. L'essence même des travaux de Nivel et ses compagnons d'infortune, c'est l'absence de sens : leur travail est toujours réalisé au profit des autres. Il ne permet pas de « faire oeuvre » de…, de trouver un sens à son existence, de « faire sa vie », de « prendre la main » sur son destin. Dans ces conditions (de travail) peuvent-ils encore être appelés oeuvriers/ouvriers ?


Il fallait écrire Travaux, car le travail dans ces conditions mériterait qu'on les regarde en héros ! Il fallait écrire Travaux pour faire oeuvre, et même chef-d'oeuvre : car Georges Navel le travailleur est un poète dont le style est un enchantement. Il fallait écrire Travaux pour rendre leur dignité d'homme à ceux qui le travail de manoeuvre (i faudrait dire mal-oeuvre) met au banc de la société. Et qu'on ne s'y trompe pas : Travaux demeure d'une catastrophique actualité.

Julius-Grakus
7
Écrit par

Le 21 décembre 2021

Le Pouvoir des animaux
jenanaipa
7

Fiction et science mais pas science-fiction.

Voila un roman très rapide à lire, simple et plaisant, qui ne manque pas de style, de finesse et de corps, qui parle de notre époque tout en conjecturant sur la possibilité de sauver notre...

Lire la critique

il y a 9 mois

Le Pouvoir des animaux
Julius-Grakus
7

Critique de Le Pouvoir des animaux par Julius-Grakus

jullius jullius 20 juillet 2021 Le travail… c'est pas humain ! Comme l'a rappelé Hannah Arendt dans La condition de l'homme moderne, le propre de l'homme c'est l'action, un agir orienté, un...

Lire la critique

il y a 8 mois

La France contre les robots
Julius-Grakus
10

vous avez dit progrès ??

Bien difficile d'oser prendre la parole après tant d'intelligence et de style. L'étiquette qui est souvent collée à Bernanos me semble ici complètement battue en brèche, par l'importance et la valeur...

Lire la critique

il y a 8 mois

2 j'aime

1

Nous
Julius-Grakus
10
Nous

oui : nous !

« Nous (autres) » n'est pas seulement, comme on serait tenté de le croire, une critique du système totalitaire en gestation dans la Russie des années 1917-1920 (date de la parution de l'oeuvre)...

Lire la critique

il y a 8 mois

2 j'aime

La Guerre des forêts
Julius-Grakus
10

Critique de La Guerre des forêts par Julius-Grakus

Le capitalisme épuise deux choses disait Karl Marx : les travailleurs et la nature. Dans la nécessaire édification d'une véritable histoire de notre société, l'ouvrage de Thomson, immense historien...

Lire la critique

il y a 8 mois

1 j'aime