Petit parfait à l’usage de ceux qui veulent se rassurer sur leur vision du monde

Avis sur Le Prophète

Avatar Jeolen
Critique publiée par le

D’un livre quelconque qu’on n’a pas aimé, on dit qu’on n’est pas rentré dedans, qu’il n’a pas su nous happer, qu’il est mauvais – bref, que le problème vient du fichu bouquin dont on espérait mieux. D’un livre reconnu très bon voire excellent qu’on n’a pas aimé, on dit qu’on est passé à côté – le fichu bouquin est sans doute très bon, c’est pas ça, le problème vient de nous.

Eh bien si je suis passé à côté du Prophète, je n’ose imaginer à combien de kilomètres de moi lui est passé. Je n’arrive même pas à lui reconnaître suffisamment de qualités pour me dire que le problème vient de moi. L’avantage, c’est que c’était pas bien long.

Les innombrables comparaisons et métaphores sont somptueuses. Oui. Je trouve hallucinante la quantité de magnifiques formulations que contient ce texte, c’est beau, ça pétille, ça te nargue de ses petites ailes bariolées et tu te vautres dedans en te demandant d’où tout ça sort. Voilà.
C’est le seul point positif que je trouve au Prophète.

Au-delà des belles images, l’accroche ne se fait vraiment pas. La forme générale imite l’écriture des Testaments, en nettement plus ciselé, et le fond imite les Testaments, avec plein de jolis messages qui m’ont parus aberrants d’évidence. On m’a dit après coup, quand j’eus avoué que non, vraiment, je n’étais pas emballé, qu’il ne fallait pas lire le Prophète d’une traite. Que ça se picorait. Que ce n’était pas un roman.
Ce n’est pas un roman. Ca, c’est clair. Il vaut sans doute mieux y picorer, certes, et j'ai fait une erreur en y allant à plein corps. Mais bon, je ne suis pas convaincu que j’aurais réellement mieux apprécié. Parce qu’au final, au-delà même de la banalité confondante de(s) message(s) qui ne poussent pas tellement la réflexion (je n’ai pas l’impression que de nouvelles pistes se dégagent à la lecture du livre (je n’ai plus de foi en Dieu, mais encore un peu en l’humanité, et je me dis que chacun peut bien tirer des conclusions semblables sans avoir recours à un bouquin (même si entre des conclusions et la pratique, le fossé est grand))), je trouve l’exercice vaguement prétentieux et pédant. Et ça se contredit même un peu parfois – mais ça reste bien dit. M'enfin, c'est pas parce que c'est joliment dit que ça ouvre de nouveaux horizons.

Enfin, bref, je vais me renseigner un peu sur la genèse de l’œuvre, essayer de comprendre un peu le but de Khalil Gibran en l’écrivant. Mais, en vérité je vous le dis, le Prophète ne sera pas une lecture qui restera éternellement gravée dans mes souvenirs.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1432 fois
13 apprécient · 3 n'apprécient pas

Autres actions de Jeolen Le Prophète