De toutes les fins de notre voyage, c'est bien la dernière à laquelle j'aurais pensé.

Avis sur Le Retour du Roi – Le Seigneur des anneaux 3

Avatar Siegfried_Thiérrée
Critique publiée par le

Comme le dit Pippin, "ça alors, ça me renverse !" à la fin.
Eh ben, je n'ai pas été renversé, ni par les appendices, ni par les batailles, ni par le livre en lui même.
Rien n'a changé du début jusqu'à la fin, je n'en attendais pas trop évidemment mais au moins quelque chose qui puisse me délester de mon fardeau. Ah attendez, il y a au moins une réduction des pages. 360 au lieu de 500 ! (toux)

Je me sens tellement fatigué et blessé au fond de mon cœur, voici la dernière ligne droite, celle qui me permettra de dire au monde entier "Je l'ai lu !", je pourrai enfin dire "j'aime pas !" sans me recevoir une pleine cargaison de tomates. Bien sûr, je passerai toujours pour un anti-conformiste, mais cette fois ci confirmé !

Tout d'abord, le livre commence avec Pippin et Beregond en train de discuter tranquillement sur une des murailles de Minas Tirith. Discuter de quoi ? Eh bah, de choses et d'autre, bien ennuyeuses pour le commun des mortels. Pendant ce temps, la troupe d'Aragorn est en....
Attendez, me dites pas qu'il recommence à faire une coupe du livre en deux, l'une parle de Frodon et Sam, et l'autre d'Aragorn ? (Toux ennuyée)

Bon je suis mauvaise langue (3), mais la première partie est la moins étouffe chrétienne, on parle du chemin des morts, de la préparation des hommes du Rohan, et de la folie de Dénéthor. En passant par un changement de point de vue parmi tous les hommes de la communauté de l'anneau, cela permet de tuer dans l’œuf l'ennui. Par contre, ce qui est bien dommage, la deuxième partie n'est pas comme ça, je ne parle pas alors de la lenteur du voyage de Sam et Frodon vers la montagne du destin. Je crois qu'on a compris que c'est dur pour eux, qu'ils vont peut être mourir, et que la vie est injuste pour deux petits hobbits. Et pourtant, Tolkien aime bien rajouter des épisodes fillers, et ce sera encore plus proéminent plus tard. La seule utilité qu'on pourrait attribuer à cette Longue Marche, c'est qu'elle réussit au moins à exprimer la fatigue que les personnages subissent en nous la faisant vivre.

Le pire dans tout ça, c'est que l'épisode beaucoup plus important "La montagne du destin", est moins bien présenté, et plus court qu'on ne l'aurait pensé. On voit Gollum tomber dans la lave et puis c'est bon. Ah ! Il a croqué le doigt de Frodon, c'est passé tellement rapidement que je n'ai pas vu venir cette action. (Toux vexée)

La même arnaque est visible lors des batailles ultra célèbres qu'est la bataille des champs de Pelennor, parfois des choses apparaissent sous les yeux comme si elles avaient été introduites auparavant, "Oh tiens, il y a Théoden par terre en train de crever" Oh tiens Eowyn est juste à côté du roi sorcier. Oh Pippin est juste derrière lui !"

Il n'a pas l'air vraiment d'aimer les batailles (en même temps un passage dans les tranchées de la Somme, ça n'a pas aidé), mais en tout cas le problème, c'est qu'elles sont pas bien décrites. On a l'impression d'être au milieu de nulle part, ouf que j'ai au moins l'imagerie des films pour palier à cette austérité. Idem pour la bataille de la porte noire, le gouffre d'Helm est en tout cas la meilleure bataille où on a au moins l'impression qu'il se passe quelque chose.

Après tant de désespoir avec le"bûcher de Denethor", les maisons de guérison, la dernière délibération, (que des chapitres ennuyeux), puis la longue destruction de l'anneau, on arrive enfin à la fin !

La fin tant méritée, elle aurait pu être parfaite si Tolkien ne s'était pas dit,
"Attention chers, et chères, lecteurs, lectrices, qu'après avoir vécu les terribles batailles devant la porte noire, la romance mal engagée et banale de Faramir et d'Eowyn, et la rencontre de tous nos nouveaux amis. Vous allez enfin voir la bataille de Lézeau contre le diabolique Sharkou, aidé de Bill Fougeron et de Lothon Saquet de Besace."

Alors tout d'abord, on s'en balek, pas vrai Jean Luc ? Balek !
Et ensuite, le fait de rajouter une dernière petite bataille à la fin, ça ne rentre pas. Après une bataille à caractère épique comme celle devant la porte noire, le nettoyage de la comté est tout bonnement ridicule. J'ai déjà expliqué que le ridicule est différent à chaque époque, mais là c'est plus que risible, c'est idiot. (Toux de désespoir) La trilogie des seigneurs des anneaux est tellement complète et remplie d'un univers disproportionnellement trop grosse pour les trois livres qu'il y avait vraiment besoin de rajouter une quête du genre "Frodon dégage les indésirables de la Comté" pour meubler du contenu ?

On voit bien que Tolkien aime sa petite comté et ses petits hobbits, (on se l'est torché pendant tout un livre), alors il a rajouté une petite partie pour son plus grand plaisir. Et pour le nôtre ? Que nenni !
Un bref résumé aurait pu amplement suffire, mais pas un récit détaillé sur plus de 30 pages (Bien sûr, je n'ai pas la nouvelle version de la trilogie, mais une vieille avec de grandes pages). Pas étonnant que Jackson n'ait pas retenu ça dans les films.

Surtout si c'est pour finir sur le tragique destin de Grima Langue de Serpent, "Tu veux te repentir, meurs sale moche, je tuerai toute ta famille !". Lembas, le déjeuner degolas.
Quand c'est pas les flèches de ce * de Legolas dans le film, "Aïe Aïe ! gémit Legolas, ça a tiré tout seul !", c'est au tour des flèches des hobbits qui n'ont peut être pas capté l'ordre de Frodon, "Pas d'effusions de sang ?".
Au moins la boucle est bouclé, tous les méchants sont morts, déshonorés, perdus, hein George R.R. Martin ?
"All your bad guys die, your good guys survive, we can tell whats gonna happen by page and age five !"
En plus, j'avais tort, je le reconnais, les shirrifs, grâce au prologue du premier livre, je sais ce que c'est ! Tolkien avait tout planifié depuis le début !
Pour avoir la vraie fin, il faut encore attendre, un peu comme dans Undertale. Les durs adieux de Sam et de Frodon, ça c'est une fin ! On voit bien alors que pour lancer cette fin, il n'y avait même pas besoin d'un retournement de situation bidon. Ni d'appendices débiles sur seulement deux personnages de l'histoire (dont un secondaire) qu'on pourrait plutôt trouver dans le Silmarillion, "cet épilogue au galop pesant et maladroit comme un dirigeable". Les enfants de Tolkien doivent être content de se faire de l'argent, enfin je veux dire de développer l'univers pour faire plaisir aux fans avec les notes qu'il y avait sur ses écrits. (toux suspecte)

Avec cette citation de King, on pourrait en déduire quelque chose, Tolkien est un mauvais écrivain, il n'est bon qu'à écrire des contes mythologiques, ou même des poèmes et des chansons. Il faut alors arriver à décortiquer l'enveloppe épaisse, qu'est l'écriture outrancière et lourde, pour arriver à découvrir un univers de Fantasy entier. Aujourd'hui, son héritage se fait sentir partout (Games of Thrones, La Tour Sombre), et évidemment on a réussi à relever les défauts pour les éliminer.

Pour apprécier ce livre, j'aurais dû être un lecteur des années 60, un lecteur qui n'aurait pas vu les films pour se spolier la totalité du récit, mais évidemment, je ne suis rien de cela, juste un lecteur intolérant, et borné qui aime se complaire dans l'anti-conformisme.

Au moins je ressors de cette expérience avec un bagage culturel plus conséquent (je ne vais pas m'en cacher, ce n'est pas l'anneau unique après tout), c'est pour cela que j'en ressors libéré, de le finir enfin, it fills me with determination.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 409 fois
0 apprécie · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Siegfried_Thiérrée Le Retour du Roi – Le Seigneur des anneaux 3