L'héroïsme n'est pas une vie

Avis sur Le Rouge et le Noir

Avatar Raphaël Valentino Stasi
Critique publiée par le

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs,
Je vais devoir, n'en déplaise à certains, décrire pourquoi cette oeuvre est belle par son fond et sa forme, pourquoi ceux qui crachent dessus se trompent. Oui je vais faire ( mes excuses, pour la forme, au lectorat) l'apologie du manichéisme.
Voici donc l'une des nombreuses pierre de la civilisation occidentale, un vieil édifice de la grande cité de la culture européenne. Trop souvent dans la masse volumineuse des canons de la littérature de cette époque (qui est le XIXème) se retrouve la glorification de l'amour (ou plus précisément du sentiment amoureux) et cela provoque en moi, disons, un phénomène d'écoeurement-nausée mais passons. Ici le mérite de l'oeuvre est que l'on parle certes de "l'amour romantique" mais aussi de l'héroïsme, qui est le premier sens de la vie de Julien.
Tout au long du roman, Julien va tenter de combler son besoin d'héroïsme, de réussite sociale, de reconnaissance finalement, séduisant l'une pour "se faire la main " (hé oui mesdemoiselles) l'autre pour tenter d'atteindre ce but majeur qu'est la noblesse. Il poursuivra de ces assiduités un Napoléon divinisé qu'il ne rejoindra pas par ses oeuvres. Non, il finira sa vie en prison. Comme les apôtres il y vivra heureux. Mieux encore, il comprendra que ni ses ambitions, ni les amours ne sont satisfaisants et il affrontera la mort sans broncher.
Voici un roman des plus symboliques si on considère que la condamnation à mort est aussi la mort de Julien à lui-même, la mort de ses ambitions. La morale de fin de cette histoire qui la prise de conscience que la réussite aux yeux du monde n'est pas une vie incarnée par la position de cet être, soumis à un art de vivre au centre duquel demeure la force, l'intellect et l'élégance, qui est éclairé à la fin de sa vie par l'isolement, est pour moi, une finesse de Stendhal que ne suivrons malheureusement pas ses confrères littéraires.
Dans ce livre demeurent des problématiques métaphysiques, quelle est la valeur de notre vie et Stendhal y répond par "Ni l'héroïsme, ni les femmes!" ce qui, pour la seconde partie du moins, devrait faire se plonger dans une profonde introspection, notre époque.
J'ai dit!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1184 fois
Aucun vote pour le moment

Raphaël Valentino Stasi a ajouté ce livre à 1 liste Le Rouge et le Noir

Autres actions de Raphaël Valentino Stasi Le Rouge et le Noir