Contemplation des vestiges d'une guerre sanglante

Avis sur Le Trône de fer : L'Intégrale, tome 4

Avatar Trilaw
Critique publiée par le

Pour expliquer ma déception à la fin de ce tome, je vais parler des personnages et leur intrigue un à un. A partir d'ici, les spoils pullulent.

Le prologue concerne un apprenti-mestre à la Citadelle. On s'ennuie pas mal ,comme souvent pour le prologue, mais on sera tout de même attentif au mode de vie de ces futurs mestres de Westeros.

Sansa Stark est quasi absente. Nous avons droit à deux chapitres fastidieux où elle torche littéralement les fesses du jeune cousin seigneur du Val. Le dernier chapitre sert à nous mettre en appétit pour le sixième tome et surtout à nous le faire acheter. On apprend, en effet, les plans (complets ?) de Baelish pour Sansa.

Arya Stark est enfin confrontée à son destin. Tous les fans attendaient depuis la fameuse pièce qu'Arya rejoigne les mystérieux Sans-Visages mais là encore c'est la décrépitude. On assiste à une Arya qui vend du poisson et à des descriptions d'une longueur insoutenable sur le marché. On finit sur un cliffhanger inintéressant.

Samwell Tarly n'est pas un de mes personnages favoris mais il arrive pourtant à nous passionner durant ce livre-ci. Son image de lourdaud gagne en profondeur, sans doute car ce sont ses premiers chapitres PoV. Les dialogues avec Mestre Aemon (avant sa démence) sont emplis de sagesse et bien écrits, ce qui ramène un peu d'intérêt.

Jaime Lannister est l'ombre de lui-même depuis la mort de son père dont il est indirectement responsable. Ses chapitres sont intéressants car l'on assiste à l'état du Conflans et donc des Tully. De plus, ils ne sont pas dénués d'action et les négociations sont dignes des précédents romans au niveau des dialogues. Le problème vient du fait que Jaime s'apparente à un simple guide touristique, ses opinions ne sont pas développées et ses pensées à propos de sa famille déchirée sont à peine effleurées.

Cersei Lannister est indubitablement l'héroïne évidente de ce tôme. Son intrigue est la plus intéressante et la plus étoffée. Cersei a enfin droit à la toute puissance sur Port-Real, le jeune Tommen étant trop jeune pour s'insurger contre ses abus. On suit avec intérêt toutes ses décisions politiques (les fonctions à pourvoir, lutte contre les assauts des Greyjoy, restitution d'une armée religieuse...). Elle agit en tout temps égoïstement, elle s'impose comme une reine bien plus idiote que l'on ne pouvait le présager, ses décisions sont en effet efficientes mais seulement à très court terme. De plus, elle succombe à la luxure comme jamais, offrant aux lecteurs les scènes les plus érotiques du cycle; ce qu'elle payera amèrement.

Brienne de Torth est une réelle catastrophe. Ses chapitres sont les plus pénibles de tous les livres. Sa quête des filles Stark pourrait être intéressante mais nous savons tout de leurs aventures donc les longues investigations de Brienne sont insipides. Après d'innombrables envies de sauter ses chapitres, on arrive au dernier qui est lui passionnant, non pas grâce à Brienne mais grâce à la deuxième apparition tant attendue de Lady Coeurdepierre. Je pense que le problème vient surtout du fait que le personnage est un des moins surprenants. Son personnage manque d'aspérités et d'imprévus.

Les Îles de Fer représentée par Asha et deux de ses oncles sont une vraie surprise. Les trois frères de l'ancien suzerain sont introduits dans ce roman-ci et leur personnalité rend le tout explosif (Aeron est présent dans ACOK mais ne jouait pas un rôle déterminant). Balon mort, le Trône de Grès est vacant et la lutte pour celui-ci devient plus attractive que celle du Trône de Fer. Alors que la maison était la plus en retrait dans l'action, ils deviennent de sérieux candidats pour la destitution du pouvoir des Lannister et de véritables ennemis/alliés (?) pour Daenerys.

On se retrouve dans la région inexplorée de Dorne dans ce tome-ci où on y suit la famille Martell, par l'intermédiaire du chef de la garde du Prince, un chevalier blanc et l'héritière de Dorne. On suit avec passion son complot contre son propre père et son désir de mettre Myrcella sur le Trône. Elle aussi est un nouveau personnage mais psychologiquement très développé. Elle tente de trahir son père car il refuse de venger son frère et sa sœur assassinés par les Lions. Elle tente de vaincre un complexe d’œdipe toujours bien présent en montrant digne de son amour, son malaise est d'ailleurs exacerbé car elle se croit défavorisée en faveur de son frère; elle s'avère être une grande manipulatrice mais manquant parfois de sagacité. On est déçu de voir la simplicité avec laquelle son plan est anéanti même si cela permet de nous démontrer que le père oisif s'avérerait en réalité être un autre ennemi de taille pour les Lannister mais là encore on se revoit après l'achat du tome 6.

Pour conclure, je dirais que le roman est très décevant en comparaison du précédent. Le plus paradoxal est que ce sont les nouveaux personnages qui s'imposent comme les plus attrayants. Le plus attristant, c'est que même en essayant de me persuader du contraire, j'ai pour la première fois l'impression d'intentions commerciales de la part de l'auteur surtout à cause d'une utilisation abusive de cliffhangers, autrefois absents de cette série.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 363 fois
5 apprécient

Autres actions de Trilaw Le Trône de fer : L'Intégrale, tome 4