Avis sur

Le Voleur d'ombres par Octopus

Avatar Octopus
Critique publiée par le

C'est vrai que tout de suite, on reconnaît l'écriture de Lévy mais après tout, on s'y plonge très facilement. J'avoue que d'habitude, je ne lit du Lévy que si je le trouve sur une table de nuit seul m'ouvrant les bras et que je désire faire passer le temps plus vite sans aucune autre issue. Mais pour le coup, j'ai été plutôt surprise ...

La première partie, celle qui parle de l'enfance est celle que j'ai de loin préféré, il utilise un vocabulaire poétique et mélancolique parfois et manie cette vision de l'enfance avec grande dextérité. Les personnages sont profonds et attachants, c'est lent et la première année du héros (ais-je mal lu ou ce petit n'a pas de nom ?) est douce et tranquille. On ressent ce qu'il ressent même si parfois, les clichés sont de mise : Marquès, le grand méchant qui terrorise les plus petits et fait tomber les filles. La jolie fille dont deux ennemis sont amoureux et le gentil qui gagne face au méchant. C'est vrai, il écrit beaucoup de clichés sur cette enfance difficile pour un enfant bouc émissaire mais après tout, certains vous diront que ce ne sont pas que des clichés.

On arrive ensuite à la partie où le jeune garçon devient un jeune adulte, il a réussit à accomplir ses rêves, mais ça, on s'y attendait. Dans les lectures de Marc Lévy, on sait toujours ce qu'il va se passer, de toute façon, tout fini bien, mais ce sont des lectures de plage.

Là, à mon goût en tout cas, tout allait un peu trop vite, le jeune garçon que l'on a réussit à soigner en un chapitre et qui décède en cinq lignes, l'année qui passe en trois chapitres alors qu'à son enfance, elle a mit plus d'une centaine de pages à défiler. Mais s'adapte à ce nouveau rythme tant bien que mal. A ce moment de l'histoire, on est plus captivés par l'intrigue qui commence réellement : la quête de son enfance oubliée.

Chez Marc Lévy, les gentils finissent toujours avec ceux qu'ils aiment. Mais là, une minuscule surprise : la femme avec qui il partageait une passion dévorante n'est en fait pas la bonne, et on part à la recherche de l'âme soeur perdue plus de dix ans auparavant. C'est agréable comme passage, c'est du Marc Lévy.

Je n'ai pu m'empêcher de pleurer en apprenant le drame qu'il écrit avec tant de finesse et de précision, on ressent parfaitement les émotions du narrateur, c'est rare de pleurer en lisant un livre ... Même si depuis plusieurs chapitre, on s'y attendait vraiment, c'est si bien écrit que l'on ne peut s'empêcher d'avoir au moins un pincement au coeur.

En fin de compte, ça se termine bien, évidemment, et tout le monde est heureux comme il le peut, la dernière phrase est très jolie, comme souvent aussi.

Ce genre de lecture est très agréable, on lit vite sans se rendre compte des pages et du temps qui passe et on apprécie (ou non pour les plus pointilleux) le rythme et le style de l'écriture : simple.

Pour terminer cette longue critique, je pense que Marc Lévy est plus doué pour raconter des histoires enfantines que des histoires d'adulte. Ses histoires relatant des faits arrivés à des personnages adultes fictifs sont toutes plus ou moins similaires, ils ont tous le même genre de prénom, font des métiers un peu originaux mais pas trop non plus ect.

En bref, c'est un livre à lire si on cherche du temps à passer agréablement, un bon livre de plage dans lequel on se plongera avec plaisir et dont on ne pourra sortir que lorsqu'on aura enfin savouré toutes les pages.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 755 fois
1 apprécie

Autres actions de Octopus Le Voleur d'ombres