N’AYEZ PAS “ENVIE” DE LIRE CE LIVRE !...

Avis sur Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité

Avatar Philou33
Critique publiée par le

LISEZ-LE !!! C’est un premier pas citoyen vers la survie de notre planète…
Elle est belle, fragile, petite et c’est la seule que nous ayons…
Aurélien Barrau, est né en 1973 à Neuilly-sur-Seine, c’est un astrophysicien spécialisé dans la physique des astroparticules, des trous noirs et en cosmologie. Il travaille au Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie de Grenoble. Il est également professeur à l'université Grenoble-Alpes.
Il est engagé dans la question écologique. Il a notamment lancé, avec l'actrice Juliette Binoche, un appel intitulé Le plus grand défi de l'histoire de l'Humanité signé par plus de 200 personnalités, dans le journal Le Monde, en octobre 2018, à la suite de la démission de Nicolas Hulot.
Ainsi quand on lui demande le véritable but de ce livre, s’il est lié à une volonté de sortir de l’aspect « people » de l’appel ou d’affirmer celui d’être à la fois scientifique et accessible, depuis une argumentation très complexe, il confesse qu’« Il est vrai que la tribune initiale était assez “people”. Ceci grâce à mon amie Juliette Binoche : sans elle, nous n’aurions pas eu le dixième de cette visibilité. Elle a été formidable de générosité et de sincérité. Pour autant, une question se pose : qu’est-ce que ce texte – qualifié d’article ayant eu le plus grand impact dans ce domaine – a réellement changé ? Rien du tout. Tout continue à empirer. Mon père m’a dit qu’après cette mise en garde, il faudrait proposer des solutions. C’est ce que j’ai tenté de faire ici. Mais il est vrai je n’ai aucune légitimité à suggérer un plan de sauvetage du monde ! De plus, je ne me pose pas comme un exemple ou un donneur de leçons, étant parfaitement conscient de mes propres faiblesses. J’essaye simplement de réfléchir, avec honnêteté, à ce qui est possible et souhaitable. Ce geste émane juste du désir impérieux de tenter ce qui est en mon pouvoir pour contribuer “infimement” à donner une dernière chance à la vie. »

Quoi ? Tout va bien ! Ça fait des décennies qu’on fait comme ça… pourquoi changer ? En cent ans on a brûlé la moitié du pétrole que la planète a mis des millions d’années à fabriquer, ce qui représente de l’énergie solaire stockée pendant des millions d’années, libérée en quelques années… et on fabrique du gaz carbonique que les arbres que nous coupons ne peuvent plus absorber… et on fabrique du plastique qui se retrouve dans la mer et pour finir, dans nos estomacs… Et on tue, on tue le vivant sans distinction, humains (48 000 morts, en France, par an, du fait de la pollution), animaux, végétaux…
« Dans tous les cas, les conséquences se traduiront par une montée des océans, une fonte importante de la banquise et des calottes polaires, un engloutissement des îles et des villes côtières, des incendies fréquents et dévastateurs, des extinctions massives d’espèces dans toutes les branches du vivant, un développement notable de certaines maladies graves, une progression des cyclones, tempêtes et inondations, des pics de chaleurs destructeurs associés à une avancée importante des déserts et une chute importante des populations animales. »
Alors STOP ! Arrêtons de déconner. Non, Aurélien n’est pas un RABAT-JOIE. C’est un lanceur d’alerte tout ce qu’il y a de plus réaliste : « Les scientifiques sont désespérés : ils ne comprennent pas qu’on ignore leurs conclusions pourtant parfaitement claires et infiniment tristes. » Affirme-t-il.
Rapportons, ici, en vrac, quelques-unes des actions primordiales, changeons notre façon de vivre et de penser. Ce ne sera pas facile mais inévitable :
• « Le premier axe d’action, le plus essentiel, le plus simple, le plus impératif et le plus utile : “diminuer la consommation“. Une croissance exponentielle […] n’est pas tenable éternellement dans un monde fini. »
• « Migrer vers une alimentation végétarienne serait très bénéfique pour l’écologie : l’industrie de la viande est l’une des plus polluantes qui soient. […] Il serait, par exemple, aisé que, dans un premier temps, une alternative végétarienne soit systématiquement proposée dans les cantines scolaires et professionnelles, dans tous les restaurants. »
• « Il n’est plus possible de tout sacrifier aux seuls impératifs économiques ou au seul hédonisme irresponsable de ceux qui ont les moyens de passer leurs vacances à l’autre bout du globe. D’autres vérités, bien plus fondamentales, sont en train de se rappeler à nous. »
• « On ne peut plus continuer sur la lancée actuelle, même en usant de prouesses technologiques. On ne peut plus autant se déplacer. On ne peut plus autant renouveler. On ne peut plus autant gaspiller. On ne peut plus autant tuer. »
• « On ne peut plus mener une politique qui favorise la “croissance” consumériste. […] C’est une question de sérieux. Les “doux rêveurs” ne sont pas, ici, les écologistes, mais ceux qui pensent pouvoir défier les lois fondamentales de la nature. »
• « Il est temps de nous empêcher de conduire le monde en état d’ébriété écologique. »
• « Il s’agit de ne plus penser les animaux et végétaux comme des ressources… »
• « Penser en matière de “pouvoir de vie” plus que de “pouvoir d’achat”. »
• « L’enjeu n’est pas de sauvegarder le monde tel qu’il est, […] rien ne serait plus irrationnel et suicidaire que la poursuite à l’identique d’un être-au-monde qui, manifestement, nie le monde. »
• « La tâche est immense et le temps presse. Si le génie humain existe, c’est maintenant qu’il doit se manifester. »
Nous sommes TOUS sur le même radeau en perdition. Il ne s’agit pas d’y réfléchir, c’est dépassé, il s’agit d’agir, au niveau individuel, au niveau gouvernemental et au niveau mondial et ce n’est plus le moment de dire que c’est utopique !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 322 fois
4 apprécient

Philou33 a ajouté ce livre à 1 liste Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité

Autres actions de Philou33 Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité