Découvrez le fabuleux destin d'Allan Karlsson

Avis sur Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Avatar Aunbrey
Critique publiée par le

Best-seller qui fait l'unanimité, je me suis dit qu'il était grand temps que je vois ça par moi-même. Le début fut difficile car j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire. Les cinquante premières pages m'ont paru bien longues et j'ai mis un moment à me décider à continuer de lire "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire". Le premières pages marchent sur le comique de répétitions d'une petite description de quelques mots et j'ai très moyennement apprécié le procédé. Ça me fait sourire une fois, deux fois ; plus, c'est trop. Mais je me suis « accrochée » et j'ai continué ma lecture et c'est sans aucune hésitation que je qualifierais ce roman de petit bijou. J'ai beaucoup ri, j'ai souris, j'ai aimé et une fois commencé, difficile de s'arrêter.
Les aventures d'Allan Karlsson sont un enchaînement d'évènements plus ou moins invraisemblables, de malencontreux accidents un peu grotesques et burlesques (mais tellement poilants et cocasses) et de digressions sarcastiques. Au bout d'un moment, toutes les supposées coïncidences semblent tellement ridicules qu'on se prend au jeu et qu'on en vient même à se demander ce que l'auteur va bien pouvoir encore inventer pour rester dans cette atmosphère d'invraisemblance qui a sa propre logique. Ce livre est un surenchérissement d'actions plus improbables les unes que les autres pour, au final, avoir un scénario bancal mais suffisamment consistant pour tenir la route. Et on s'amuse de toutes ces péripéties, on rit devant la répartie d'Allan qui a un don inestimable pour se sortir de toutes sortes de situations, de se faire des alliés (et quelques ennemis) rien qu'avec son innocence (feinte), sa modestie, son optimiste, à toujours vouloir voir le bon côté de la situation même quand cette dernière est catastrophique, son ouverture d'esprit, son intelligence, son côté vraiment sociale qui va le mener aux quatre coins du globe avec de nombreux camarades de voyage différents et à pouvoir se faire aider et aimer par des personnes qui n'ont rien en commun avec lui (sauf peut-être aimer l'alcool -et encore-). Allan est un personnage atypique à tous les points de vue, ce qui fait de lui un héros unique et hors du commun. Il est vieux et a donc vécu très longtemps, il a des millions de choses à raconter et si cela paraîtrait complètement surréaliste à une personne lambda, le lecteur en vient à apprécier et à s'attacher à cette facette du centenaire, celle de toujours surprendre son auditoire par une nouvelle histoire extraordinaire à raconter. C'est probablement parce qu'Allan ne s'intéresse ni à la politique, ni à la religion qu'il a si bien pu s'en sortir à chaque fois. Il a aidé tout le monde, a fait profiter tout le monde de son savoir et de ses talents, ce qui aura des répercussions mondiales, que lui-même arrangera sans le savoir, toujours avec cette même candeur qu'on lui découvre au début du roman et qu'il garde tout au long de ses années. C'est un véritable bol d'air frais d'apprendre à connaître l'incroyable histoire d'Allan Karlsson, ce destin hors du commun qu'il reçoit avec beaucoup de fatalisme et d'enthousiasme à l'idée de partir et de voir que sa vie va prendre un nouveau tournant.
Allan est tellement différent des personnages que j'ai l'habitude de « fréquenter » et de « rencontrer » au cours de mes lectures que c'est tout naturellement que j'en suis venue à m'attacher
à lui, à lui trouver un petit côté adorable de par ses multiples expériences au gré de l'Histoire et de par son talent pour embobiner les gens et leur faire croire l'invraisemblable. Au fur et à mesure de la lecture, chaque nouvelle péripétie donne cette impression « d'en rajouter une couche » et à la fin, c'est tellement ridicule que ça ne peut que faire rire. C'est tellement improbable qu'il est impossible de rester impassible devant une telle ascension dans le grotesque. J'ai ri à de nombreuses reprises en pensant que toutes ces aventures plus mouvementées les unes que les autres ne faisaient que confirmer et renforcer le sentiment général : c'est du grand n'importe quoi et on aime ça !
J'ai particulièrement aimé connaître l'histoire des compères du vieil homme, connaître leur passé et comment ils en sont arrivés là, à faire partie de cette incroyable cavalcade. L'alternance passé d'Allan / présent de 2005 permet de mettre en place toute l'histoire pour comprendre que jusqu'à la fin, Allan Karlsson n'aura jamais rien fait comme tout le monde.
Ce livre est un pur délice. Après l'avoir terminé, il est facilement compréhensible pourquoi ce roman est un best-seller. C'est un enchâssement de mésaventures pleine d'humour noir, de critique du monde et d'ironie. Ça fait beaucoup rire. Les situations dramatiques sont prises avec beaucoup de recul et de légèreté. Et puis, on peut retirer de ce roman une jolie leçon : être optimiste vous fait vraiment vivre vraiment très longtemps et vous promet des aventures inoubliables.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 435 fois
1 apprécie

Autres actions de Aunbrey Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire