un replicant fournirait une analyse plus pertinente

Avis sur Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?

Avatar vips_von_suluap
Critique publiée par le

Blade Runner

Ce que j'ai apprécié dans le film, outre la beauté des décors, l'immersion; c'est le questionnement autour de la nature du chasseur de prime, Deckard :

Est-il un robot ? Je me suis donc gavée d'analyses du film, j'ai vu toutes les fins existantes, etc.
...

Mais en faite, tout ça n'a aucun lien avec le livre.
Le réalisateur Riddley Scott le reconnaitra, il n'a jamais lu le roman de K.Dick.
Du coup il raconte quoi ce bouquin ?

1992, suite à une troisième guerre nucléaire, les humains ont massivement émigré vers mars. Sur place une main d'oeuvre d'Androides pourvoit à leurs besoins.
La Terre est quasiment vide, les retombées radioactives ont détruit les animaux et les végétaux. Ne reste que les fonctionnaires de l'État, les irradiés et les attardées mentaux (ça sent l'eugénisme).

Les robots ont évolué au fil des ans, plus forts, plus intelligents, plus créatifs, mais mortels, avec une durée de vie de quelques années.
Ces batteurs à oeufs capables de jouer aux échecs, sont désormais autonome et réclament le droit à la vie, à ne pas être asservis par des humains qui leurs sont inférieurs sur tous les points. Cette rancoeur et leur ego ont fait d'eux des êtres froids, calculateur, menteur, violent, détestant l'Homme.
Ils possèdent ainsi toutes les caractéristiques humaines, poussées à leurs paroxysmes, sauf (roulement de tambour) l'empathie pour les êtres vivants et particulièrement les animaux. Ces derniers sont devenus très prisés sur Terre de par leur rareté. Les plus pauvres se rabâtent sur des chats/souris/lapins robots. Les plantes vertes on s'en carre l'oignon. L'empathie est dans le roman, érigé au rang de religion via des expériences transcendantales communes et virtuelles.
(so new age comme concept, on sent que K.Dick ne prenait pas que du sucre avec son café)

6 de ces misanthropes bioniques ont réussi à atterrir sur Terre. En effet, trier les ordures sur mars, au milieu des tempêtes spatiales et des pluies d'astéroïdes, n'est pas des plus épanouissants pour quelqu'un pouvant programmer des satellites.
Et c'est pas cool. Des robots sur terre au milieu des hommes, qui nous volent nos emplois, nos femmes, et, et .... non. Comme ils sont clairement supérieurs aux humains, on court droit vers un futur à la Matrix si on les laisse faire ces coquinous.
Difficilement décelables, ils parviennent à mettre hors jeu un premier chasseur de prime. Une doublure est alors appelée en renfort, Rick Deckard. Celui-ci veut gagner en estime sociale, les primes de retrait des androïdes lui permettraient de s'acheter un VRAI animal. Il accepte sans hésitation cette mission suicidaire, voulant à tout prix remplacer son mouton électrique.

- Analyse des androïdes
K dicte-nous présente ici les robots sous un nouveau jour. Dans les textes d'Asimov, les machines contournent les lois, prennent des libertés avec, mais s'y tiennent, avec une logique tordu. Là non. Ils n'en ont rien à carrer.

Les androïdes Nexus-6 (appelé replicant dans le film) sont au-dessus. Ils pensent, effectuent des choix, sont supérieur intellectuellement et égoïstes. Ils comprennent les sentiments (amour, empathie), mais ne les ressentent pas. Ils ne font que les mimer. Ils cherchent cependant l'illumination, prennent des drogues lucides pour communier et se composent en couple ou s'appellent "ami" entre eux.
S'ils ne ressentent pas nos sentiments, ils sont néanmoins capables de susciter des émotions chez les humains. Deckard est ainsi émue par le chant du robot Luba Luft et attiré par Rachel Rosen.

-Analyse des êtres humains
D'après Deckard et les autres êtres humains du roman, la frontière de l'humanité, différenciant les hommes des robots, est le sentiment d'empathie. C'est-à-dire le faire d’avoir des sentiments (amicaux) pour d'autres êtres vivants.
Sauf que comme on l'a vue précédemment, ce sont les humains qui sont à l'origine de la mort de tout les animaux sur Terre. Les rares survivants sont devenus des formes de reconnaissances sociales et sont vendues aux plus offrants. Ce n'est pas de l'amour, mais de l'avidité, de l'égoïsme.
Les humains "attardés", victimes des radiations, sont parqués sur Terre. Ils vivent en périphérie et sont la risée des humains "normaux", à cause de leurs déficiences intellectuelles. Les hommes ne sont donc pas nécessairement amicaux envers leurs semblables.

Les hommes se disent supérieurs aux robots grâce à la noblesse des beaux sentiments. Néanmoins,ils avilissent les humains retardés et font égoïstement le commerce des derniers animaux. Ces robots égoïstes sont bien plus humains qu'ils n'y parait.

Le style d'écriture
Le scénario est assez dense, avec de nombreux concepts abordés.
ex :
-La doctrine du Mercerisme et l'endoctrinement des masses,
-Le monde post apocalyptique,
-La révolte des androïdes,
-La perte d'humanité,
-Anticipation des technologies (colonies spatiales, gadgets hi tech),
-Le rapport aux êtres vivants

Le personnage de Deckard comme héros est lui aussi très intéressant, puisque c'est un looser. (voir la postface de Étienne Barillier pour l'édition JaiLu)
De nombreux rebondissements, plus que dans le film. On note aussi qu'il y a dans le livre 8 Nexus-6, contre seulement 6 dans Blade Runner.

Après oui, l'écriture est inégale entre les chapitres, certains sont un peu longs.
Personnellement le personnage du 3e chasseur de prime, Phil Resch me turlupine un peu, de même que la femme de Deckard.
On retrouve comme dans de nombreuses oeuvres de l'auteur, un questionnement sur la religion et la manipulation des foules via le culte. ex : le dieu venu du centaure.
Notons aussi que le personnage de John R. Isidore, semble posséder des talents psioniques, autre thème fard de l'auteur. ex : ubik

L'histoire proposée par K.Dick est à mon sens plus dense et généreuse dans le livre, de par le nombre de péripéties et les subtilités intellectuelles (boite à empathie, animaux, orgues psionique, entropie, l'ami Buster, le robot chanteur d'Opera, etc.)
Neamoins le film de Blade Runner est pour moi complémentaire de l'oeuvre. Magnifique esthétiquement, il propose une version expurgée de l'auteur, pour s'adapter aux contraintes du support film.

Il parait qu'il va y avoir un blade runner 2 bientôt, miam :3

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 241 fois
Aucun vote pour le moment

vips_von_suluap a ajouté ce livre à 1 liste Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?

  • Livres
    Cover 2015 _ lecture

    2015 _ lecture

    à partir de janvier. Liste perso, parce que je suis un poisson rouge par moment. Le bibliothécaire dois me prendre pour un fou...

Autres actions de vips_von_suluap Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?