👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J'ai traversé ce roman comme un rêve.
Un cauchemar, plutôt, j'en conviens. Un de ces cauchemars où on a envie de courir, de s'enfuir au loin, persuadé d'être poursuivi par quelque chose de menaçant, mais on sent nos jambes empêtrées dans la boue, on ne peut pas avancer. C'est un peu comme cela que je me suis senti pendant les mille pages de ce livre grandiose.
Mille pages que j'ai dévorées. Et pourtant, c'était écrit tout petit. Et pourtant, ce n'est pas une écriture simple, bien au contraire. Des phrases parfois interminables (je me souviens d'une phrase de deux pages), lourdes d'images, surchargées. Oui mais voilà, malgré tout cela, ce roman se dévore.
Parce que les Bienveillantes vous happent littéralement. C'est une sorte de trou noir dont je n'ai pu ressortir qu'à la fin, exténué, bouleversé, changé, convaincu d'avoir traversé une des plus grandes expériences que la littérature contemporaine pouvait offrir.
Car ce roman est une expérience viscérale. Certaines des scènes, j'ai l'impression de les avoir vécues moi-même, qu'elles font partie de mes souvenirs personnels. Et c'est là que Littell est très fort (là, et sur tant d'autres choses, d'ailleurs). Mêler le parcours particulier de son personnage, le destin de toute l'Europe et les sentiments profonds de son lecteur. tout amalgamer dans son immense chaudron d'alchimiste pour sortir ce livre immense.

Je ne suis pas assez calé pour pouvoir affirmer la réalité historique des propos de Littell. Et vous savez quoi ? Je m'en fous ! Parce que Les Bienveillantes, c'est avant tout une œuvre d'art. Et que qui dit œuvre d'art, dit recréation de la réalité. L'auteur s'approprie des faits historiques et les met au service d'une vision apocalyptique du monde.
Car Les Bienveillantes, c'est une apocalypse, dans les deux sens du terme :
_ une révélation, sur la profonde noirceur de l'âme humaine
_ la fin d'un monde, également, avec l'écroulement de Berlin sur lequel se clôt le livre. Un effondrement qui est celui de toute l'Europe, et de tout un monde. Un monde réel, mais aussi et surtout le monde du roman.

Les Bienveillantes, c'est le roman qui vient combler un vide dans la littérature contemporaine. Là où la quasi totalité des écrivains actuels s'enferment dans l'intime, Littell s'ouvre au grandiose. Son livre est une épopée macabre, animée d'un souffle impressionnant qui ne retombe jamais. Le lecteur, comme le personnage principal (ne surtout pas dire "le héros"), est transporté d'un bout à l'autre. Depuis les exécutions sommaires dans des fossés plein de boue jusqu'à la chute de Berlin, en passant par Stalingrad, Littell parvient à nous faire ressentir comment l'Histoire se moque des destinées humaines mais arrive, comme un rouleau compresseur, pour tout détruire autour d'elle. A nous de courir ou d'être écrasé. Maximilian Aue essaie de ne pas finir écrasé, mais en vain. Il est transporté, véritable barda-mu, il traverse les événements sans plus les comprendre que Del Dongo à Waterloo.
C'est ce souffle épique, cette anti-épopée, qu'il manquait à la littérature française (l'ironie venant du fait que l'un des plus grands livres français récents a été écrit par un étatsunien). Littell a fait un chef d’œuvre, un roman qui marque d'une façon indélébile, un cauchemar éveillé, un livre indispensable.
SanFelice
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs pavés littéraires et SanFelice lit des Prix Goncourt

il y a 7 ans

40 j'aime

15 commentaires

Les Bienveillantes
Kalimera
8

Critique de Les Bienveillantes par Kalimera

Il m'aura fallu une deuxième lecture et un peu de courage pour parler....de ce roman ? de cette compilation d'horreurs sans noms ? de ce témoignage ? Mon premier choc, pour parler de cette période a...

Lire la critique

il y a 10 ans

21 j'aime

18

Les Bienveillantes
HQL
9

Critique de Les Bienveillantes par L'Homme Qui Lit

Publié sur L'Homme qui lit : Le phénomène qui a entouré ce livre reste assez extraordinaire pour une oeuvre littéraire fraîchement publiée. On en a parlé partout, j’ai lu des critiques...

Lire la critique

il y a 11 ans

13 j'aime

3

Les Bienveillantes
Morrinson
6

Réalisme horrifique contre réalisme historique — Deux façons de raconter la Seconde Guerre mondiale

À mi-chemin entre l'œuvre de fiction et le document d'Histoire, Les Bienveillantes plonge dans les rangs allemands durant la Seconde Guerre mondiale et propose un périple "de l'intérieur" au très...

Lire la critique

il y a 6 ans

11 j'aime

2

Starship Troopers
SanFelice
7

La mère de toutes les guerres

Quand on voit ce film de nos jours, après le 11 septembre et après les mensonges justifiant l'intervention en Irak, on se dit que Verhoeven a très bien cerné l'idéologie américaine. L'histoire n'a...

Lire la critique

il y a 9 ans

251 j'aime

50

Gravity
SanFelice
5
Gravity

L'ultime front tiède

Au moment de noter Gravity, me voilà bien embêté. Il y a dans ce film de fort bons aspects, mais aussi de forts mauvais. Pour faire simple, autant le début est très beau, autant la fin est ridicule...

Lire la critique

il y a 8 ans

211 j'aime

20

Chernobyl
SanFelice
9
Chernobyl

What is the cost of lies ?

Voilà une série HBO qui est sans doute un des événements de l’année, avec son ambiance apocalyptique, ses flammes, ses milliers de morts, ses enjeux politiques, etc. Mais ici, pas de dragons ni de...

Lire la critique

il y a 3 ans

205 j'aime

31