Finistère et ciel

Avis sur Les Lumières de granite

Avatar Orazy
Critique publiée par le

Petit objet littéraire identifié par la maison Malo Quirvane, ces Lumières de granite couvrent en une vingtaine de pages l'histoire d'un détachement.

Détachement administratif d'abord : celui d'un directeur de communauté de communes que la carrière porte d'un bout à l'autre de la France et qui atterrit ici en Bretagne, au milieu d'un Finistère aride et rustique. Ce premier détachement en crée un second, à la fois mental et géographique, en d'autres termes un dépaysement. Notre homme, un parisien, ou plutôt un francilien de campagne (la différence est notable), prend son poste et s'y sent d'emblée étranger

'alien' comme disent les anglophones.

Ce dépaysement "horizontal" prend une nouvelle dimension à la suite d'une expérience métaphysique

(la rencontre, un matin, en pleine campagne, avec un OVNI).

La verticalité de cette expérience, au sens propre comme au figuré, agit doublement : elle rapproche le héros de sa secrétaire, qui a vécu la même expérience, en même temps qu'elle l'éloigne du reste du monde, en premier lieu duquel ses obligations professionnelles. (Un constat au passage : la fraternité des individus est plus forte que la méfiance communautaire)

Le récit s'achève en suspens sur le choix du héros : recentrer sa vie autour de son expérience métaphysique, ou poursuivre une existence routinière au service de la bureaucratie nationale. A travers ce grand écart vertigineux, Côme-Martin Karl rappelle que toute vie est possible ; et qu'il ne tient qu'à nous de tirer le voile de l'ordinaire pour contempler, à défaut de les comprendre, les mystères du monde.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 52 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Orazy Les Lumières de granite