C'est pas l'homme qui prend la mer

Avis sur Les Travailleurs de la mer

Avatar De_Theobald
Critique publiée par le

Roman écrit par Hugo alors qu'il était en exil à Guernesey, horrible martyr que le sien, moi manger du veau bouilli pendant 19 ans, je n'aurais pas résisté, enfin passons, les travailleurs de la mer a un thème majeur qui n'aura pas échappé au sagace lecteur que je suis :
L’OCÉAN

Celui-ci se trouve décrit dans les moindres recoins de sa dantesque plénitude, dans tous les aspects que la nature lui rêve, et c'est Hugo qui nous le rend vivant, devant nous. Jamais plus belles pages ne furent écrites sans doute sur la puissance et le romantisme sublime de la mer toujours renouvelée toi même tu sais.

Le lambeau d'intrigue servant de prétexte à cette évocation ne parvient pas à passionner outre mesure, mais si l'on considère le roman comme un poème géant, le fait que les personnages n'aient aucun fond peu importe au final.

Ah oui, et la scène du combat contre la Pieuvre, rien que ce passage vaut la lecture !
Tiens, pour toi un extrait, le début :
"Pour croire à la pieuvre, il faut l'avoir vue.
Comparées à la pieuvre, les vieilles hydres font sourire.
À de certains moments, on serait tenté de le penser, l'insaisissable qui flotte en nos songes rencontre dans le possible des aimants auxquels ses linéaments se prennent, et de ces obscures fixations du rêve il sort des êtres. L'inconnu dispose du prodige, et il s'en sert pour composer le monstre. Orphée, Homère et Hésiode n'ont pu faire que la Chimère ; Dieu a fait la pieuvre."

Lis-le !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 267 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de De_Theobald Les Travailleurs de la mer