👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Les aigles puent

33

64

8

7.7

Livre de Lutz Bassmann · 2010 (France)

Genre : Roman
Toutes les informations

Un homme, Gordon Koum, revient dans une ville détruite. Toute sa famille repose sous les décombres. Lui-même, irradié, va mourir. La guerre est partout, l'ennemi indescriptible frappe sans cesse... Près de lui il remarque un pantin noirci et la dépouille miraculeusement intacte d'un rouge-gorge. Il se tourne vers eux pour parler, mais, au-delà, il s'adresse à ses enfants, à sa femme et à ses camarades disparus. Il raconte de petites histoires bizarres, cruelles, tendres, toutes marquées par un... Voir plus

Aucun résultat

MarianneL
9
MarianneL

Critique positive la plus appréciée

Critique de par MarianneL

«Nous avions perdu sur toute la ligne depuis plusieurs générations. Aucune lutte n’avait abouti. De temps en temps, pour respecter à la fois la tradition et notre instinct, nous lancions des...

Lire la critique

il y a 8 ans

LaMorue
8
LaMorue

Critique de par LaMorue

Gordon Koum revient dans sa ville détruite à la recherche de femme, enfants et ame qui vive. Il en trouvera rien et lui meme irradié, périra. Ce livre est un hommage. Chaque chapitre est une fable,...

Lire la critique

il y a 11 ans

Charybde2
9
Charybde2

Chant funèbre pour un combattant ventriloque et sa famille, avec rouge-gorge mazouté et golliwog.

Sur mon blog : https://charybde2.wordpress.com/2017/09/05/note-de-lecture-bis-les-aigles-puent-lutz-bassmann/

Lire la critique

il y a 10 ans

Raphmaj
9
Raphmaj

Dans les camps de l'indescriptible

La clôture de tous les récits. Avec autour aucun barbelés, seulement la certitude de la fin et quelques aigles qui rôdent. Voici l’itinéraire d’un suicide, celui de Gordon Koum allant se perdre dans...

Lire la critique

il y a 9 ans

camilleeelen
9
camilleeelen

Du goudron et des plumes

Ce livre est un soleil noir. Un abîme où nul espoir n'est permis. Vous vivez l'agonie de Gordon Koum mais aussi celle de toutes une cohorte de sous-hommes et autres victimes d'un génocide parqués...

Lire la critique

il y a 11 ans