Scooby-Doo chez les racistes.

Avis sur Lovecraft Country

Avatar adrock
Critique publiée par le

Lovecraft Country (2016) fait parti des livres qui veulent dénoncer le racisme (en mettant une ptite baffe à Lovecraft au passage) à travers un récit fantastique, au même titre que La Ballade de Black Tom de Victor LaValle (2016) ou La Quête Onirique de Vellit Boe de Kij Johnson (2016...aussi).
Autant le dire de suite, je trouve le titre sacrément opportuniste, pour ne pas dire vilement marketing. Hormis quelques clins d’œil (une partie de l'aventure se déroule à Ardham, wink wink), on ne peut pas dire qu'on retrouve l'atmosphère ou l'horreur des récits cthulhuesques. Pas de Grands Anciens ou d'indicible à l'horizon, le titre est clairement un appât à gogos auquel j'ai mordu. Un livre titré Racism Country se serait surement moins bien vendu.

L'histoire est découpé en plusieurs nouvelles qui se déroulent toutes à la même époque et qui partagent un fil rouge tout au long du livre. Les héros font partie d'une famille noir américaine, confrontée au racisme et à la ségrégation de l'Amérique des années 50. Atticus, ex-soldat, part à la recherche de son père, disparu en faisant des recherches sur son arbre généalogique trop mystérieux...

Chaque nouvelle se penche sur un des personnages. Ça parle des "lois jim crow" le tout enrobé dans une aventure surnaturelle. La partie non-fictive traitant des détails de la ségrégation (comme le green book ou le marché de l'immobilier) est intéressante, rien à dire là dessus. On sent que l'auteur veut nous instruire sur ces pratiques sordides et méconnues.
Par contre la partie "fantastique" est quand même beaucoup trop légère, dans le ton comme dans le contenu.

Fantômes, magiciens, passages secrets dans le musée d'histoire naturelle, livres en langue inconnue, manoir hanté, majordome étrange, sorcières, personnages jamais surpris et qui prennent tout à la rigolade....oui ça m'a fait penser dès la fin de la 1ere nouvelle aux épisodes de Scooby-Doo et cette image m'est resté gravée jusqu'à la fin. Je m'attendais à tout moment à ce que le grand méchant retire son masque pour que l'on découvre que c'était en réalité le vieux propriétaire du théâtre.

Je n'ai jamais réussi à y trouver le sérieux, le côté dramatique ou horrifique que ça aurait mérité (et qui semblait plus ou moins promis par la 4eme de couv). Beaucoup de poncifs sont accumulés, et les personnages sont trop peu creusés. Certaines nouvelles sont plus sympas que d'autres (le remake de Jekyll & Hyde, celle avec les portails sur la plage (coucou la tour sombre !)), mais au final on est quand même plus près du roman de gare que de l'incontournable.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 597 fois
5 apprécient

Autres actions de adrock Lovecraft Country