👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Etant un étudiant en psychologie, il faut forcément passer par le stade "lire une dizaine de livres de Freud pour pouvoir continuer". C'est ainsi, qu'après avoir achevé Métapsychologie, je m'attèle au Malaise dans la Civilisation. Quelle claque ! Là où l'enchevêtrement psychanalytique de la Métapsychologie relevait du charabia pompeux et incompréhensible, Le Malaise dans la Civilisation est très accessible pour celui qui est un peu habitué au vocabulaire Freudien. Délaissant presque tous les aspects techniques et complexes de sa psychanalyse, Freud nous livre la seule œuvre à portée philosophique de sa biographie et le résultat est plutôt saisissant. Freud, fort de la structure solide de sa théorie finale qu'il aura mis plus de quarante ans à peaufiner, parvient à articuler nombre de ses concepts-clés (ça, surmoi, moi, Eros, Thanatos, principe de plaisir, principe de réalité) pour former une idéologie philosophique cohérente mais d'un sinistre pessimisme. L'auteur tente, par ses déductions psychanalytiques et ses observations quotidiennes, d'expliquer comment sont apparus culture, morale, religion (qu'il qualifie d'ailleurs comme relevant d'un délire de psychotique), science, art (qui n'est qu'une satisfaction substitutive pour oublier la vacuité de notre existence et la misère de notre vie).
La philosophie de Freud offre certains points communs avec celle de Nietzsche, notamment en ce qui concerne la sublimation des pulsions (transformation formelle des instincts reproducteurs en amour) que Nietzsche appelle la divinisation des instincts.

En bref, une œuvre philosophique brève mais intense, bien plus accessible que la plupart des essais avec une telle portée, et qui se lit d'une traite. A nous de nous ranger ou pas à l'avis de ce vieux monsieur monsieur aigri et déçu par les hommes, mais dans tous les cas, il est assez peu probable que l'argumentation solide de Freud ne vous touche ou ne vous ébranle pas. Une œuvre brillante.
NihilY
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 10 ans

12 j'aime

2 commentaires

Malaise dans la civilisation
Béhuliphruen
8

L'espace d'un combat

Une fois le livre - ma première lecture de Freud - refermé, je demeure frappé par sa modestie. Modestie d'une forme brève et alerte qui, au parfait béotien que je suis, apparaît déjà comme un...

Lire la critique

il y a plus d’un an

2 j'aime

Malaise dans la civilisation
Aenore
8

Freud n'est pas Freud pour rien !

C'était une lecture passionnante, surtout si vous reprenez le contexte historique de son écriture. J'avais très peur de m'attaquer à la lecture d'une oeuvre pareil, d'une personne pareil mais...

Lire la critique

il y a 6 ans

Malaise dans la civilisation
psymo
8

Des bons et mauvais côté de la culture

L'ouvrage s'ouvre sur une critique concrète de la religion. Il est toujours plaisant de voir un intellectuel démonter la religion de manière logique. Ici Freud ne fait pas de dialectique, il annonce...

Lire la critique

il y a 3 ans

De l'inconvénient d'être né
NihilY
9

De l'avantage d'avoir acheté ce livre.

Je connaissais Cioran par des citations et sa réputation de pessimiste encore plus dépressif que Schopenhauer au sommet de son art. J'ai acheté le livre par curiosité et j'ai été très agréablement...

Lire la critique

il y a 10 ans

9 j'aime

2

Le Projet Blair Witch
NihilY
9

La crème de l'épouvante.

J'ai vu ce film il y a environ un an et je ne me rappelle absolument plus comment les personnages s'appellent, la sombre raison qui les pousse à filer leur carte à la fille du groupe ou tous les...

Lire la critique

il y a 10 ans

1 j'aime

Human Traffic
NihilY
5

Critique de Human Traffic par NihilY

Des longueurs, quelques bons moments, des passages pertinents, mais rien de bien génial au final. Human Trafic oscille entre Las Vegas Parano et How High mais ne reste pas comparable à Trainspotting...

Lire la critique

il y a 10 ans

1 j'aime