👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Marelle est un livre de près de 600 pages composé de petits chapitres qui pourraient presque se lire indépendamment les uns des autres. L'auteur propose deux méthodes pour lire son livre. La première est une lecture classique des 56 premiers chapitres dans l'ordre; la seconde consiste en un enchaînement prédéterminé qu'il faut parcourir comme suivant un fil d’Ariane l'ensemble des textes en faisant d'incessants allers et retours.

Cette dernière façon de mener la lecture fait alterner narration classique, réflexions philosophiques, citations et expérimentations littéraires.
Horacio Oliveira fait partie d'une petite bande d'Argentins menant une vie de bohème à Paris à la fin des années 50, il vit avec la Sibylle qui le fascine par sa capacité à voir spontanément la poésie dans la vie de tous les jours alors que lui a besoin de discussions sans fin avec Gregoriovus, intellectuel Roumain intégré dans la bande et de méditations sur lui et les autres. Questionnements sans fin sur l'art (la peinture, le jazz, la littérature), la vie, la conscience de la vie, entre surréalisme et bouddhisme zen. Discussions à propos de Morelli, un obscur écrivain dont nous pouvons suivre les réflexions et essais, et que l'on finit par reconnaître comme l'auteur même de Marelle. Le groupe va retrouver par hasard Morelli, victime d'un accident, et finalement classer les feuillets éparts laissés dans son appartement Parisien.
Quand survient la mort de Rocamadour, le bébé d'Oliveira et de la Sibylle, Horacio se détache et retrouve l'Argentine où demeure son ami Traveler. Il voit en Talita, la campagne de Traveler, un double de la Sibylle, et se voit lui-même double de Traveler, et peu à peu, au travers d'expériences surréalistico-mystiques (comme tendre deux planches entre les deux fenêtres de leurs appartements se faisant face et demander à Talita de les traverser pour apporter du Maté), l'opération semble finir par se faire, dans un hôpital de malades mentaux, ou la vie se termine en une boucle infinie de sensations habituelles.

La structure qui semblait artificielle sert admirablement le "roman" qui est tout aussi bien un essai, ou mieux, une expérience philosophique. Cortazàr arrive à plier le livre, les pages, selon l'histoire qu'il raconte. On ressent une énergie qui, à partir des mots, cherche à ensorceler les personnages, le narrateur, le livre, le lecteurs et jusqu'à la réalité elle-même.
Une expérience de lecture inoubliable.
rhumbs
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste

il y a 10 ans

12 j'aime

3 commentaires

Marelle
rhumbs
9
Marelle

Critique de Marelle par rhumbs

Marelle est un livre de près de 600 pages composé de petits chapitres qui pourraient presque se lire indépendamment les uns des autres. L'auteur propose deux méthodes pour lire son livre. La première...

Lire la critique

il y a 10 ans

12 j'aime

3

Marelle
LeChiendeSinope
7
Marelle

Critique de Marelle par LeChiendeSinope

Marelle se rapproche de ce que l’on pourrait appeler un roman interactif, c’est-à-dire qui ne respecte pas les schémas de linéarité habituels du genre et laisse la possibilité au lecteur de...

Lire la critique

il y a 7 ans

4 j'aime

2

Marelle
Erik_Van_Laere
10
Marelle

Un livre-monde

C'est un livre-monde, un livre que l'on vient lire une première fois, de manière linéaire, comme n'importe quel livre. Puis on le reprend et l'on décide de le lire selon un deuxième parcours, balisé...

Lire la critique

il y a 8 ans

3 j'aime

Théorème vivant
rhumbs
4

Critique de Théorème vivant par rhumbs

Cédric Villani a reçu en 2010 la prestigieuse médaille Fields (l'équivalent du prix Nobel pour les Mathématiques). Ce journal revient sur la période allant des premières intuitions autour du théorème...

Lire la critique

il y a 9 ans

9 j'aime

2

L'Or
rhumbs
8
L'Or

Critique de L'Or par rhumbs

L'ascension du général Suter, "banqueroutier, fuyard, rôder, vagabond, voleur, escroc", défricheur du territoire de Californie, et sa chute après la découverte de l'or sur ses terres, à...

Lire la critique

il y a 10 ans

8 j'aime

Retour dans la neige
rhumbs
8

Critique de Retour dans la neige par rhumbs

Nouvelles atmosphériques, faussement naïves ; en fait parfois glaçantes. Des phrases autour de la beauté fragile du monde et des hommes. Et comme un contrepoint rôde la brutalité et la vulgarité, qui...

Lire la critique

il y a 9 ans

7 j'aime