Lettre ouverte à Dolfi.

Avis sur Mein Kampf - Mon combat

Avatar K_elly
Critique publiée par le

Cher monsieur,

J'ai tout d'abord hésité à mettre un "e" à la fin de "cher" et ainsi à féminiser votre personne au lieu de la laisser telle qu'elle. Je vous explique : vous avez tout d'une adolescente prépubère. Vous aimez clamer que vous êtes un artiste et faire ainsi de votre personne le nombril du monde. Vous aimez vous entourer de beaux mâles si possible musclés pour assurer votre protection. Vous aimez clamer haut et fort que vous avez raison et que tous les autres ont tort. Vous aimez vous défouler sur les juifs comme une peste populaire choisissant une tête de turc parmi ses camarades. Vous aimez vous faire passer pour une victime, et cracher sur tous les autres peuples. Vous aimez vous comporter comme tel(le), et moi, je ne vous aime pas.
J'ai voulu lire votre livre parce que, ne le nions pas, c'est le livre interdit par excellence. Et puis, combien de personnes l'ont déjà lu pour pouvoir se targuer de l'avoir fait, même si pour ce faire, il faut se fader 1010 pages d'un indigeste qui frise l'illicite.
Vous vous vantez de savoir parler. Je n'en suis pas si sûre. Le peu que j'ai vu de vous, baragouinait sur de pauvres allemands, victimes de l'espoir. Et croyez moi, la langue de Goethe n'a absolument rien de captivant, ça tape plutôt sur les nerfs, d'une force... Enfin. Vous vous targuez de savoir parler. A la rigueur, je veux bien vous le concéder. Mais ne venez pas prétendre savoir écrire. Les bons écrivains, les "endoctrineurs" par excellence sont ceux qui parviennent à faire adhérer à leur point de vue, le plus récalcitrant de tous ses lecteurs. Je peux honnêtement dire que j'étais la récalcitrance même, et, après 1010 pages, la seule chose dont je suis convaincue est que vous avez dû monnayer couteusement la pub que l'on vous prête pour votre charisme. Parce que les faits sont loin de l'image que vous vous prêtez.
Devrais-je présenter du respect ? A qui ? A un homme qui dépeint ses semblables comme des animaux, qui critique un gouvernement qu'il ne comprend pas, qui se vante d'être un intellectuel sans avoir terminé son cursus scolaire, et surtout, surtout, qui mène une croisade contre chaque être humain qui aura le malheur de blesser son égo titanesque ? Mais monsieur, si tout le monde était comme vous, ou si juste moi, j'étais comme vous, je ferais la guerre à la Turquie à cause d'un désaccord avec une amie turque, je ferais la guerre aux Pays-Bas parce que le chef du gouvernement français s'appelle Hollande, je ferais la guerre à l'Afrique du sud parce que mon voisin du dessous laisse entrer n'importe qui pour mettre des prospectus dans ma boite aux lettres !
Au bout d'un moment, faut penser à dégonfler le melon ! Vous êtes l'être le plus détestable et susceptible que cette terre ait jamais porté ! Même une gamine capricieuse de 5 ans ne saurait vous égaler !
Et en plus, vous écrivez mal. C'est pas parce que vous avez 3 bonnes métaphores toutes les 315 pages que cela fait de vous un écrivain. Vos phrases sont lourdes, désagréables, prétentieuses à l'excès, et d'un ennui considérable. Est-ce là le livre d'une génération ? D'un mouvement politico-raciste ? Est-ce là le livre qui a déchaîné les foules et vous as apporté des millions de partisans ? Permettez moi l'inconvenance : mais bordel de merde, ne vous êtes vous juste pas demandé à un moment donné pourquoi ? Pour votre écriture ? Non. Vous avez juste eut la chance incroyable, comme on dit chez moi, le cul bordé de nouilles, de trouver des gens, qui après avoir été terrassés par une guerre mondiale, se sont mis à la recherche d'un guide, d'une personne qui pouvait pointer du doigt un prétendu coupable sur lequel pourrait alors se reporter toute la haine d'un peuple. Ce n'est pas vous qu'on recherchait monsieur, c'était une révolution.
Néanmoins, je suis fière de l'avoir lu, d'avoir réussi à me fader toutes les pages, dont je n'ai parfois lus que quelques paragraphes. Je pourrais dire que j'ai lu Mein Kampf. Mais je ne pourrais jamais le recommander à qui que ce soit. C'est un torchon, un chiffon, le journal d'un homme ennuyé et ennuyant dont le succès me laisse encore perplexe et dégoûtée.

Veuillez recevoir monsieur, l'expression de mon crachat sur votre tombe.

Bien à vous.
K.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1968 fois
33 apprécient · 33 n'apprécient pas

Autres actions de K_elly Mein Kampf - Mon combat