Lobotomie sur ordonnance

Avis sur Métaquine® - Indications

Avatar M_le_maudit
Critique publiée par le

Voilà un roman qui a attiré mon attention dés sa parution. D'abord parce qu'il est édité par l'Atalante, une maison dont j'admire et respecte le travail depuis de longues années, mais aussi pour les thématiques qu'il semblait traiter, à savoir le contrôle des populations par les médicaments et les magouilles des grands labos pharmaceutiques.

Autant d'ingrédients qui laissaient augurer d'un potentiel bon roman d'anticipation. Et donc, qu'en est-il ?

Métaquine : indications est le premier volet d'un diptyque. Le récit, comme son nom l'indique, s'articule autour d'un médicament, la métaquine, qui inonde le marché. Le monde dans lequel se déroule cette histoire est assez proche du nôtre temporellement parlant, la seule vrai différence étant la présence d'un cyber monde en réalité virtuelle (le Simdom) permettant une immersion totale de ses utilisateurs par le biais de casques à interface neuronale. Simdom qui a de même engendré une population de cybaddict, des personnes ayant renoncé au monde réelle et qui restent connectées en permanence, leurs corps restant lui sous assistance médicale, soit en clinique, soit à domicile si leurs proches acceptent de les prendre en charge.

Quant à la métaquine, il s'agit d'un produit initialement utilisé pour traiter certains troubles mentaux (notamment la baisse d'attention) et dont les chercheurs de Globantis (une firme pharmaceutique) ont découvert qu'elle pouvait en réalité toucher toute la population et la rendre plus performante dans son quotidien puisque le produit inhibe les émotions et rend le cerveau plus "disponible" (au détriment de la personnalité de l'utilisateur toutefois).

Le récit nous est présenté par le biais de six personnages, qui vont tous constater les effets de la métaquine dans leur entourage immédiat. On a donc divers points de vue sur la chose, selon le caractère ou la position sociale de chacun.

Ces six personnages sont la moelle épinière du roman, chacun d'entre eux ayant une personnalité bien trempée et une perception différente du monde. On a ainsi :
- un membre du comité exécutif de Globantis, la firme ayant lancé la métaquine, qui cherche à étendre la clientèle pour son médicament.
- une femme politique qui cherche à faire interdire l'usage de la métaquine, notamment au près des enfants.
- une ex-scientifique, spécialiste de la neurologie, qui sent venir l'entourloupe autour de ce médicament.
- un jeune élève de collège très tête en l'air qui va sans doute être amené à prendre de la métaquine pour se "corriger".
- une cybaddict vivant exclusivement dans le Simdom et dont l'enveloppe physique est maintenue en vie via des sondes et des appareils respiratoires chez elle. Elle est également la mère du collégien.
- Un employé d'un magasin type Darty, qui constate l'effet de la métaquine chez ses collègues et chez ses clients. Il est également le compagnon de la cybaddict et le père adoptif du collégien.

Ces six personnages semblent en outre liés, non seulement par l'émergence de la métaquine dans leur quotidien, mais également par un lieu qui semble avoir eu (ou avoir encore pour certains) une grande importance dans leur histoire.

De loin en loin, un septième personnage intervient, en la personne d'un lanceur d'alerte / blogger dont la prose militante et enlevée m'a furieusement rappellé celle de Chad Mulligan dans Tous à Zanzibar, un de mes livres culte. Est-ce voulu ? Ben j'en sais rien, désolé...

Au fur et à mesure du roman, les éléments se mettent en place et on constate les conséquences de la métaquine sur les mentalités et sur la société, tandis que les différentes trames des six personnages principaux se rejoignent petit à petit.

Cet aspect est accentué par un jeu d'écriture qui lie les chapitres entre eux. En effet, chacun d'entre eux débute par la même phrase (peu ou prou) que celle qui fini le chapitre précédent, renforçant ainsi les liens sous-jacents qui semblent exister entre les personnages.

Nul doute que le volume deux ne viennent confirmer cette "convergence narrative". Le personnage du collégien devrait également prendre de l'importance puisqu'il semble avoir développé une capacité quasi surnaturelle (mais ne suis-je pas moi-même le dupe d'un jeu de Rouiller avec son lecteur ?) lui permettant de donner corps à un "autre monde".

J'attends avec impatience de me plonger dans le second volet (Métaquine : contre-indications) pour savoir ce qu'il en est vraiment.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 345 fois
2 apprécient

M_le_maudit a ajouté ce livre à 1 liste Métaquine® - Indications

  • Livres
    Couverture Le loup des steppes

    Lectures 2016

    Comme l'an dernier, une petite liste pour garder une trace des livres lus dans l'année. On notera que le gros de mes lectures...

Autres actions de M_le_maudit Métaquine® - Indications