Avis sur

Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens par Boleyn

Avatar Boleyn
Critique publiée par le

"Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens" n'est pas un grand livre de la littérature c'est une certitude, pourtant, il a de nombreuses qualités. L'écriture est certes un peu trop facile, mais en même temps ce n'est pas du tout ce que l'on recherche dans ce genre de livre. Il rempli parfaitement sa mission et va même au-delà.

Les personnages sont attachants, on arrive très facilement à se transposer dans les chaussures de Simon, à vivre sa vie page après page avec une curiosité presque malsaine. Je n'ai qu'une seule envie après avoir lu ce livre, c'est de voir le film en espérant qu'ils gardent cette sympathie que l'on a pour les personnages.

Gros point positif pour les différents liens avec la pop culture actuelle, étant un énorme fan de Harry Potter je ne pouvais m'empêcher de me réjouir à chaque mention de l'univers du petit sorcier à lunettes. Mais ce n'est pas la seule chose qui me réjouissait, je me suis surpris à sourire plusieurs fois en lisant ce livre, j'étais compatissant, presque fier pour Simon et lorsqu'un livre arrive à transmettre les émotions c'est qu'il s'agit d'une réussite.

Malheureusement, le livre est peut être un peu court, surtout la fin. Je ne sais pas si une suite est prévue et en réalité je ne vois pas ce qu'il pourrait y avoir de plus, mais j'aurai aimé en lire plus sur Simon et son premier copain, la révélation se faisant tout de même assez tardivement. C'est un aspect réellement sympathique que d'enquêter en même temps que Simon, on se prend facilement au jeu à essayer de deviner qui pourrait se cacher derrière Blue.

C'est un coup de coeur, parce que c'est la première histoire gay que je lis, que j'apprécie et parce que les personnages ont réussi à dépasser la simple lecture. Ça fait du bien, ça fera du bien au cinéma et je le conseil vivement pour une lecture légère !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 161 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Boleyn Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens