Jacques se dit : qui est Blue ?

Avis sur Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens

Avatar d-spanu
Critique publiée par le

Simon Spier a seize ans, il a des amis, une famille qu’il aime, il est un ado normal. Enfin presque, il a un secret… Il est gay. Et ce secret il vient d’être découvert par Martin, qui a décidé de le faire chanter…

Voilà le début de ce premier roman de l’auteur Becky Albertalli qui est une Psychologue clinicienne américaine. Sortie en 2015 il fut une très belle réussite selon les critiques qui l’ont acclamé.
Quand on démarre le livre, on pense commencer un roman où le dilemme du chantage va embêter le héros durant toute notre lecture, mais loin de la. Moi Simon, 16 ans, Homo Sapiens. Est un roman abordant une débandade de sujet : Les mangas, les fans fictions, le sexisme, la bisexualité, l’homosexualité (féminine et masculine), et cetera, et cetera. Les personnages sont tous aussi diversifiés que les sujets : il y a des noirs, juifs et de différentes origines.

On s’attache à Simon, ses sœurs. On suit la quête de Simon pour trouver qui est Blue, son correspondant par mail, dont il tombe amoureux au fur et à mesure.

Ceci est une des spécificités du bouquin, on alterne entre mail et vie réelle tout en gardant le narrateur Simon en ligne de mire. L’histoire d’amour est simple, mais tellement belle que n’importe qui ayant déjà vécu une histoire d’amour peut comprendre aux rêveries de Simon. À son amour pour les oreos aussi.

Je me suis fort identifier dans le sens que Simon a une vie normale des amis, mais il se sent quand même différent, il parle de ce sentiment d’être toujours un peu déphasé par rapport au monde extérieur.

Il parle tout en douceur du monde hétérocentrique dans lequel on vit et des propos déplacés que personne ne trouve déplacés. Il dit d’ailleurs une phrase emblématique qui a du marqué chaque lecteur : « Tu ne trouves pas que tout le monde devrait passer par le coming-out ? Pourquoi l’hétérosexualité serait-elle la norme ? Chacun devrait déclarer son orientation, quelle qu’elle soit, et ça devrait être aussi gênant pour tout le monde, hétéro, gay, bisexuel ou autre. Je dis ça je dis rien. »

Pour finir je pense que ce bouquin est un bon moment a passé, mais aussi un petit diamant dans la prise de conscience de certains problèmes qui sont présents dans notre société. Je vous le recommande si vous voulez passer un bon moment.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 247 fois
3 apprécient

Autres actions de d-spanu Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens