Couverture Moins que zéro

Moins que zéro

(1986)

Less Than Zero

12345678910
Quand ?
7.1
  1. 16
  2. 31
  3. 45
  4. 96
  5. 176
  6. 338
  7. 732
  8. 687
  9. 348
  10. 134
  • 2.6K
  • 202
  • 851
  • 34

Moins que zéro n'a rien d'un manifeste. C'est un roman de Los Angeles, ville dure, ville sans âme. " On peut disparaître ici sans même s'en apercevoir ", écrit Bret Easton Ellis. L'auteur (qui a seulement vingt ans) ne cherche d'ailleurs pas à nous dire autre chose que ce vide, ce sentiment d'une...

Match des critiques
les meilleurs avis
Moins que zéro
VS
Critique de Moins que zéro par Venus

Moins que zéro ou pourrait-on dire autrement, ce qui peut être pire que rien... Oui, mais pourquoi? Tout simplement parce-que les personnages du premier roman d'Ellis flottent entre deux eaux, pas tout à fait vivants, pas tout à faits morts. Récit de plusieurs errances qui se croisent sans en ressentir réellement l'envie, errances de personnes totalement dénuées de sentiments ou presque, Los Angeles, sorte de paradis du clonage où tout le monde est blond, élancé et bronzé, et où le degré...

12
Critique de Moins que zéro par kwyxz

Le premier roman d'Ellis présente une jeunesse américaine désenchantée, en manque de repères, dont les principales occupations consistent pour l'essentiel à se défoncer et faire d'éphémères rencontres lors de soirées sans réel intérêt. C'est là aussi le problème Less Than Zero puisqu'il se révèle au final quelque peu vain. Les personnages sont d'une telle superficialité que l'auteur peut se permettre d'en inventer douze nouveaux par chapitre, dont il multiplie les prénoms sans que l'on arrive... Lire la critique de Moins que zéro

20 1

PostsMoins que zéro

Vous avez une anecdote, une vidéo/photo ou une simple question sur ce livre ?

Critiques : avis d'internautes (60)

Moins que zéro
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Critique de Moins que zéro par Eggdoll

Cette note est supérieure à la moyenne car j'ai fini par me prêter au jeu. Finalement, Clay serait [presque] attachant, et avec finesse, Ellis parvient à nous le rendre vivant. Nous sommes effectivement face à un récit à la première personne dont, pourtant, le narrateur nous est presque inconnu. Ce qu'on sait de lui semble se résumer à son nom et à sa richesse. Pourtant, dans les passages en... Lire l'avis à propos de Moins que zéro

4
Avatar Eggdoll
6
Eggdoll ·
Découverte
"L'insoutenable légèreté de l'être"

Absence d'actions, éloge du néant, apologie du rien. Autant de figures stylistiques pour lesquelles Bret Easton Ellis a été aussi bien encensé que critiqué. Narrant les errances d'un jeune homme, Clay, issu de la jeunesse bourgeoise de Los Angeles, l'auteur nous entraîne avec lui comme témoin du cercle sans issue duquel et prisonnier son personnage ainsi que tout le microcosme qui l'entoure. Le... Lire l'avis à propos de Moins que zéro

19 13
Avatar CamilleDlc
8
CamilleDlc ·
Clay, un rien terrifiant

Flaubert ne regardait pas assez M.T.V. C’est pourquoi il a écrit des livres sur plein de choses, mais pas sur rien. En 1852, le pauvre écrivait pourtant à Louise Colet : « Ce qui me semble beau, ce que je voudrais faire, c’est un livre sur rien ». Raté. Au lieu du rien, il s’est retrouvé avec une tripotée d’Emma Bovary et de Salammbô sur les bras. Voilà ce qui arrive quand on n’habite pas à... Lire la critique de Moins que zéro

5
Avatar Mohammed_Dupondt
9
Mohammed_Dupondt ·
La Colline aux suicidés.

Pourquoi ne pas aimer Moins que Zéro? Il ne se passe rien, les personnages errent et le spleen baudelairien, à côté, dégouline d'espoir. Pourquoi aimer? Pour les mêmes raisons. Le grand vertige qui sort de ce zéro n'est pas vide, bien au contraire. On attend désespérément que quelque chose arrive mais on est soulagé que ce ne soit pas le cas, parce qu'on se voit confirmer une chose : ce bouquin... Lire la critique de Moins que zéro

20 3
Avatar lultrafame
10
lultrafame ·
Le mieux est l'ennemi du rien

Trop de jeux vidéos, de sms, d'après-midis vautrés devant la télé au lieu de plancher sur les classiques, serait l'explication de la pénible uniformisation du style "web 2.0" ? Des ces interminables blogs où se déclinent des journées sans intérêts et des sentiments sans reliefs, tous identiques ? Oh non, pour moi, c'est beaucoup plus simple que ça : c'est la faute au succès incompréhensible... Lire l'avis à propos de Moins que zéro

56 126
Avatar Senscritchaiev
2
Senscritchaiev ·
Toutes les critiques du livre Moins que zéro (60)
Vous pourriez également aimer...