👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Nadja

1928

2K

866

126

6.5

Livre de André Breton · 25 mai 1928 (France)

Genres : Récit, Autobiographie & mémoires
Toutes les informations

Un récit où Breton rend compte des événements quotidiens survenus durant 9 jours entre lui et une jeune femme rencontrée le 4 octobre 1926 à Paris.

steka

steka

Rien ne sert d’être vivant, le temps qu’on travaille.

il y a 8 ans

5 j'aime

Tempsperdu

Cela n'est pas rationnel ni démontrable, mais cela fait sens.

il y a 4 ans

4 j'aime

ATKF

ATKF

Si Lautréamont avait consacré plus de temps à la pratique du piano nous aurions eu Les Chants de Maldoror sur partitions et, qui sait, la chance de...

il y a 7 ans

4 j'aime

Clément_Mouille
10
Clément Nosferalis

Critique positive la plus appréciée

Un chef-d'oeuvre

"Nadja" est un des meilleurs livres du XXème siècle, et l’un de mes préférés dans toute l’histoire de la littérature. Le surréalisme atteint ici son point culminant, sa véritable cristallisation, et...

Lire la critique

il y a 8 ans

Nicolas_Zaural
4
Nicolas_Zaural

Critique négative la plus appréciée

L'impasse avant-gardiste

Nadja est l’exemple parfait, en littérature, du grand paradoxe de l’avant garde : à la fois novateur mais à certaines pages, proche de “l’oubli” total de son lectorat. Expérimental, novateur, Nadja...

Lire la critique

il y a plus d’un an

raoulle
10
raoulle

Critique de par raoulle

À l'armée je lisais « Nadja » du totem Breton et l'adjudant me regardais de façon oblique en me garantissant que tout ça, c'était des trucs de communistes (c'était avant la chute du fameux mur)...

Lire la critique

il y a 11 ans

Eggdoll
3
Eggdoll

Anti-roman : sous-roman.

Je n'aime pas André Breton, parce qu'André Breton est un surréaliste à la noix qui renie le roman au nom d'idées réductrices et réfutables par un gosse de 13 ans. (Par exemple, les personnages de...

Lire la critique

il y a 10 ans

Azoun
9
Azoun

Méandres savoureux d'un être

Je ne connaissais de Nadja que la dernière phrase, phrase magnifique : "La beauté sera convulsive ou ne sera pas"... J'ai découvert avec beaucoup de plaisir le reste du roman, petit bijou...

Lire la critique

il y a 7 ans

-Valmont-
3
-Valmont-

189 pages pour rien, un exploit bien réel

Ca prétend nous embarquer dans une forme de catharsis - par les déambulations urbaines, un détachement à l’égard des lieux, des objets et des passions - et ça se termine en bouffonnerie narcissique...

Lire la critique

il y a 4 ans