« Trois femmes vivaient dans un village. La troisième était la plus douée, la deuxième la plus rusée, la première était la plus déterminée. A votre avis, laquelle parvint à s’échapper ? La troisième la plus jeune s’appelait Fanette Morelle ; la deuxième s’appelait Stéphanie Dupain ; la plus vieille c’était moi. »



C'est cela, "Nympheas noirs". Les 3 femmes, ce sont :



  • Fanette, une écolière de 11 ans, particulièrement douée pour la peinture,

  • Stéphanie Dupain, la jeune et belle institutrice du village, mariée à un homme jaloux,

  • Une vieille femme, petite souris noire, qui vit au moulin de Chennevières et que tout le village surnomme la sorcière. Elle voit beaucoup et semble en savoir encore plus.


Ah, et le village, évidemment, c'est Giverny.


Giverny où un meurtre vient d'être commis : Jérôme Morval a été retrouvé dans le ru de l'epte, la crâne fracassé. Arrivent donc du commissariat de Vernon Laurenç Sérénac et son adjoint Sylvio Bénavidès pour résoudre cette affaire... qui va se révéler complexe.


Alors qu'ai je pensé de ce polar ? Plutôt du bien, mais avec quelques réserves tout de même.


Du bien parce que c'est un bon polar, que la narration à trois voix est assez bluffante, et que sa construction est pour le moins subtile, voire élégante (avec une fin, que je ne révélerais évidemment pas, mais qui est brillante).


Quelques réserves parce que les personnages manquent de nuances et de profondeur, et parce que je n'ai pas été emballé par le style... quelques longueurs, quelques facilités... rien de rédhibitoire mais un peu dommage tout de même.


Et, pour finir sur une touche positive car, finalement, le roman est plutôt bon : je dois dire que j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ou redécouvrir, dans ce roman, Giverny et surtout Monet : sa vie, son œuvre, son village donc, ses relations avec les villageois, sa maison, son jardin, son étang... Je me suis remémoré avec plaisir mes précédentes visites et je me suis pris à m'y repromener via Google Maps et faire quelque recherche (notamment sur le moulin de Chennevières)... et ça, c'est un gros plus qui en fait un roman à recommander.

zemoko
8
Écrit par

Le 23 octobre 2016

Nymphéas noirs
Jacana
10

Une intrigue passionnante dans un véritable tableau vivant: à lire absolument!

Une lecture poignante et incroyable ! Qui m’a tenue en haleine de la première à la dernière page ! Des destins qui s’entremêlent dans un décor absolument incroyable. J’ai adoré me plonger dans...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime

4

Nymphéas noirs
Maximous
8

Je suis magicien et pourtant, on m'a joué un tour...

Je ne peux vraiment rien vous dire de ce livre. De peur de trop vous en dire. Pour l'instant peu de livres ont réussis à me faire verser une larme et pourtant celui-ci y est arrivé ! (bravo)...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

7

Nymphéas noirs
Parkko
3

Un livre malhonnête

Attention, ma critique contient des spoilers. Ne la lisez pas si vous ne voulez rien savoir du livre. J'aime me faire surprendre par un livre. Etre retourné. N'avoir rien vu, rien compris, et me dire...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

5

Ce qui ne me tue pas - Millénium, tome 4
zemoko
9

Ce n'est pas du Stieg Larson... mais c'est un très bon roman

Est-ce que c'est du Stieg Larson ? Non, bien évidemment que non. Est-ce que c'est grave ? Pas tant que cela... Bon, d'accord, le fait d'avoir lu les premiers "Millenium" voici déjà quelques années a...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

2

Temps glaciaires
zemoko
9

Commissaire, ne changez pas, restez comme vous êtes !

Disclaimer : je suis fan de Fred Vargas et j'adore l'Islande... donc, attention, ma critique et la note que je donne à ce livre sont sans doute biaisés. Vous êtes prévenus. Ceci étant dit, j'ai...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

1

Ecoute la ville tomber
zemoko
8

Une ville en plein burn-out

« Écoute la ville tomber » est le premier roman de Kate Tempest dont on me dit quʼelle serait une rappeuse anglaise déjà connue et reconnue dʼune trentaine dʼannée (ce que je veux bien le...

Lire la critique

il y a 4 ans

8 j'aime