La Commune vue de Cambridge

Avis sur Paris, bivouac des révolutions

Avatar steka
Critique publiée par le

J'ai pour ma part un peu de mal à comprendre pourquoi les Éditions Libertalia ont tenu à publier cet ouvrage sur la Commune du professeur Robert Thombs de Cambridge. Non pas que l'on puisse contester à ce livre une certaine rigueur en sa construction mais il faut bien constater que l'honorable professeur a traité son sujet avec des pincettes; que la réticence qui est la sienne vis-à-vis des communards, approchant parfois de l'hostilité à peine voilée en certaines pages, montre bien les limites de son "objectivité". Thombs a peu de goût pour les révolutions et leurs protagonistes qu'il regarde avec la distance prudente de l'entomologiste et avec un petit frisson d'angoisse entre deux tasses de thé.
De ce fait, de la Commune il n'a pas compris grand chose, n'en a pas saisi l'essentiel. Il semble bien faire partie de ces historiens qui œuvrent en leur discipline comme si leur préoccupation principale était d'enterrer leur sujet.
Mais la Commune est loin d'être morte et je suggère donc à tous ceux qui se sentiraient impliqués en sa vivacité d'aller chercher en d'autres livres les ressources historiques qui leur manqueraient en vue d'un devenir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 165 fois
5 apprécient

steka a ajouté ce livre à 3 listes Paris, bivouac des révolutions

  • Livres
    Cover Paris, la Commune -1871

    Paris, la Commune -1871

    REGARDEZ LA COMMUNE DE PARIS, C’ÉTAIT LA DÉMOCRATIE ! "La grand'ville a le pavé chaud, Malgré vos douches de pétrole, Et...

  • Livres
    Cover Paris, peut-être ...

    Paris, peut-être ...

    L'histoire, l'imaginaire, la dérive, la poésie, la rencontre ... Paris des flâneurs, Paris des révolutions, Paris assassiné ....

  • Livres
    Cover SENSCRITIQUE me ruine

    SENSCRITIQUE me ruine

    Entre recherches diverses, conseils commentaires et listes éclairées de mes chers éclaireurs, la liste s'allonge démesurément...

Autres actions de steka Paris, bivouac des révolutions