👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Rhinocéros :

Ça se lit bien, ça coule, mais ça manque de folie. La folie est importante dans l'absurde. J'aurais voulu rire un peu ou, au moins, être surpris, dérouté. Là, c'est assez linéaire et on comprend vite le manège. C'est trop terre à terre, démonstratif ? Pourquoi les gens qui aperçoivent le premier rhinocéros toussent-ils ? Parce qu'ils sont atteints, parce que le phénomène les fascinent. Dès le début, on entrevoit la fin. Ionesco répète, insiste et on comprend. Y'a aussi des bouts plus ou moins chiants comme l'explication du syllogisme par le logicien. On voit les failles tout le temps, on sait quand ça tourne.

Après, Le fond est sympathique : monté du totalitarisme, de l'uniformisation de la pensée, des gestes et virgule sur le racisme (pas très subtile, mais bon). Déshumanisation, aussi, évidemment. C'est fait assez grossièrement, mais on peut pas en vouloir à Ionesco de changer de cap brutalement : c'est l'absurde, quand même. Sinon, l'intérêt de Bérenger m'échappe (quel platitude molle que celui-là).

Enfin, je crois que cette pièce est définitivement plus intéressante quand on la voit. C'est un texte riche, mais trop carré et sans surprise ; son essence brûle et fume sûrement mieux dans une représentation, quand on a autre chose que du noir et blanc devant les yeux. Mais je dis ça avec réserve : les acteurs mauvais et les mises en scène ennuyeuses, ça existe. Toujours est-il que l'autoportrait de Man Ray en couverture est cool.
Megillah
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Odéon court vers le jardin.

il y a 11 ans

15 j'aime

Rhinocéros
Megillah
6
Rhinocéros

Brrr...

Rhinocéros : Ça se lit bien, ça coule, mais ça manque de folie. La folie est importante dans l'absurde. J'aurais voulu rire un peu ou, au moins, être surpris, dérouté. Là, c'est assez linéaire et on...

Lire la critique

il y a 11 ans

15 j'aime

Rhinocéros
Eggdoll
9
Rhinocéros

Tous les chats ont quatre pattes - un chien a quatre pattes - donc un chien est un chat, et vice-...

... versa. J'ai trop kiffé sa mère, tmtc. Non, mais sérieusement hein ! Plus que La Leçon et La Cantatrice chauve. C'est drôle, prenant, absurde, les faux syllogismes sont fascinants, le processus...

Lire la critique

il y a 11 ans

13 j'aime

12

Rhinocéros
Droogietoto
8
Rhinocéros

Critique de Rhinocéros par Droogietoto

Pièce de théâtre d'Eugène Ionesco. On est ici dans le genre du théâtre absurde où on nous raconte une épidémie de "rhinocérite" (qui transforme en rhinocéros) les habitant d'une petite ville. La...

Lire la critique

il y a 10 ans

10 j'aime

1

Soleil vert
Megillah
3
Soleil vert

Comment déguster un ragoût de boeuf gorgé de whisky avec un excès de sourire pour plus tard traiter

Je voulais voir ce film-là depuis un bout et là, j'avoue que je m'attendais pas à ce que ça ait l'air aussi bâclé. On est en 2022. On nous montre une ville de New-York débordant de ses 40 millions...

Lire la critique

il y a 11 ans

33 j'aime

9

Rhinocéros
Megillah
6
Rhinocéros

Brrr...

Rhinocéros : Ça se lit bien, ça coule, mais ça manque de folie. La folie est importante dans l'absurde. J'aurais voulu rire un peu ou, au moins, être surpris, dérouté. Là, c'est assez linéaire et on...

Lire la critique

il y a 11 ans

15 j'aime

Pink Floyd: The Wall
Megillah
4

Pink est triste parce que boo-fucking-hoo, son père, il fait semblant de le télévisualiser avec ses

Bon, il faut que je reconsidère mon 8, qui est l'impression qu'en avait l'adolescent que j'étais au moment de voir le film pour la première fois. Il passait à la télé alors j'ai sauté dessus pour me...

Lire la critique

il y a 11 ans

13 j'aime

4